Société

Le dalaï-lama à Paris et Strasbourg pour sa première visite en France depuis cinq ans

Par Marina Cabiten, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu lundi 12 septembre 2016 à 10:54

Le dalaï-lama à Bruxelles, juste avant d'arriver en France le 12 septembre 2016
Le dalaï-lama à Bruxelles, juste avant d'arriver en France le 12 septembre 2016 © AFP - ANTHONY DEHEZ / BELGA MAG / BELGA

Chef spirituel des Tibétains, le dalaï-lama est à Paris et Strasbourg à partir de lundi, sa première visite depuis cinq ans en France. Aucune rencontre officielle avec des responsables gouvernementaux n'est prévue.

Enseignements, conférences, rencontres : le dalaï-lama passe la semaine en France, d'abord à Paris de lundi à jeudi puis à Strasbourg. Le chef spirituel des Tibétains, et au-delà des bouddhistes, prix Nobel de la Paix, a un programme chargé malgré ses 81 ans.

Spiritualité, sciences, écologie

Cette visite en France est la première depuis une série d'enseignements qu'il avait donnés à Toulouse en 2011. "Il a dit qu'il s'occuperait principalement de trois choses maintenant : promouvoir les valeurs humaines, l'harmonie entre les religions et poursuivre le dialogue avec la science", rappelle Matthieu Ricard, son interprète. A Paris, le dalaï lama parlera à la Maison des avocats de l'articulation entre droit et environnement, et participera à une rencontre sur le dialogue interreligieux, "au service du respect et de la tolérance", au collège (catholique) des Bernardins. Il tiendra aussi une conférence-débat sur la culture tibétaine à l'Inalco (Institut national des langues et civilisations orientale).

Le dalaï-lama accordera en outre une "audience collective" aux Tibétains exilés en France: 3.000 d'entre eux sont attendus, en costumes traditionnels, au Palais des congrès.

Jeudi, il sera au Conseil de l'Europe. Avant de rencontrer le grand public au Zénith les 17 et 18 septembre, il participera à plusieurs tables rondes à l'Université de Strasbourg, qui rassembleront des chercheurs de tous horizons, autour de la méditation et des neurosciences.

À LIRE AUSSI : la méditation s'enseigne à l'Université de Strasbourg

Pas de politique

Aucune rencontre n'est en revanche prévue avec des officiels français de premier plan, alors que les éventuels contacts du dalaï lama avec des responsables occidentaux suscitent encore les protestations des autorités chinoises. Le programme du dignitaire tibétain, dont une intervention à Sciences Po a été annulée, est scruté à la loupe par Pékin.

Il rencontrera en revanche mercredi matin des parlementaires français au Sénat, où il est invité par le groupe d'information pour le Tibet au Sénat présidé par Michel Raison (Les Républicains). Une vingtaine de sénateurs et plusieurs députés échangeront avec lui une demi-heure. Les députés Noël Mamère (écologiste) et Jean-Patrick Gille (PS), qui rencontreront à cette occasion le dalaï-lama, ont écrit au Président de la République, au Premier ministre et au ministre des Affaires étrangères pour les appeler à recevoir le dignitaire bouddhiste. Ils soulignent l'importance de "construire rapidement un processus de paix avec la Chine" et considèrent qu'une rencontre officielle serait "un symbole politique à la hauteur des enjeux sociétaux, culturels et environnementaux qui se jouent" au Tibet.