Société

Le débarquement, vu d'Auschwitz : le résistant Paul Chytelman témoigne

Par Delphine Martin, France Bleu Auxerre vendredi 6 juin 2014 à 6:00

Le résistant Paul Chytelman était à Auschwitz lorsqu'il a appris le débarquement
Le résistant Paul Chytelman était à Auschwitz lorsqu'il a appris le débarquement © Radio France - Delphine Martin

Cet habitant de l'Yonne de 92 ans se souvient parfaitement du 6 juin 1944. Il était à Auschwitz lorsqu'il apprend, au petit matin, le débarquement des alliés. Pour lui et ses codétenus, cette nouvelle est une raison d'espérer, une raison de survivre : "le Débarquement, c'était arrêter de mourir".

Le 6 juin 1944, loin, tres loin des plages de Normandie, Paul Chytelman survit péniblement. Ce jeune résistant de 22 ans se trouve en Pologne, à Monowitz, un des trois camps qui composent le camp d'extermination d'Auschwitz. Il a été déporté quatre mois plus tôt, le 3 février 1944.

70 ans après, il se souvient encore tres bien comment, grâce à un codétenu particulièrement habile, il apprend la nouvelle du débarquement, aux premières heures de cette journée de juin. La nouvelle se répand vite à travers le camp et à 6 heures du matin, tout le monde est au courant, sauf les SS, qui ne l'apprennent officiellement qu'à 11 heures.

"Nous l'avons appris pratiquement en même temps que la population de France"

Les déportés contiennent leur joie : il ne faut rien montrer aux gardiens nazis. Mais immédiatement, l'espoir renaît, parfois démesuré : les alliés seront bientôt là, ils vont pouvoir rentrer chez eux. Peut-être seront-ils à Paris pour Noël ! Paul Chytelman résume tout cela en une phrase : "le débarquement, c'était arrêter de mourir ".

"Il fallait tenir, il fallait survivre jusqu'à ce qu'ils arrivent"

Mais l'attente sera longue pour Paul Chytelman. A l'évacuation du camp d'Auschwitz, après "la marche de la mort ", le jeune homme sera transféré dans un autre camp, celui de Dora, en Allemagne. Il ne sera pas libéré avant avril 1945... c'est à dire 11 mois après l'annonce du débarquement.

Le portrait de Paul Chytelman, par Delphine Martin

Depuis près de 40 ans, Paul Chytelman raconte son histoire aux jeunes, aux lycéens et aux collégiens de l'Yonne. Les élèves du projet pédagogique audiovisuel du collège André Malraux de Paron ont d'ailleurs réalisé son portrait.

Partager sur :