Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le département de la Charente contre la vitesse à 80 km/h sur les routes

lundi 5 mars 2018 à 19:22 Par Pierre Marsat, France Bleu La Rochelle

Le président du conseil départemental de la Charente vient de signer, avec 27 de ses collègues, une lettre ouverte au Premier Ministre pour lui demander de renoncer à l'abaissement de la limitation de vitesse. Le 1er juillet prochain, la limitation de vitesse doit être abaissée de 90 à 80 km/h.

La vitesse sur le réseau secondaire doit passer de 90 à 80 km/h le 1er juillet
La vitesse sur le réseau secondaire doit passer de 90 à 80 km/h le 1er juillet © Radio France - Pierre MARSAT

Charente, France

Pour François Bonneau, président du Conseil départemental de la Charente, les accidents sont dûs à différents risques, et bien souvent la vitesse n'est que la conséquence d'autres problèmes (alcool, stupéfiants, téléphone au volant). Depuis 5 ans, le nombre de tués sur les routes a diminué de moitié en Charente. Ce n'est pas la vitesse qui est seule en cause. Ce n'est pas en baissant la vitesse qu'on va régler ces questions. Le réseau routier est bien entretenu en Charente, insiste le Président du conseil départemental. Quand il y a un accident, on fait toujours des analyses. On regarde ce qui a pu se passer et, s'il y a des améliorations à apporter, on fait très régulièrement des travaux sur les routes charentaises.

20 000 panneaux à changer

De son côté, le président du conseil départemental de la Charente-Maritime, Dominique Bussereau, n'a pas signé cette lettre ouverte des 28 présidents de départements. Celui qui fut le secrétaire d'Etat aux transports de Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy n'est pas opposé à cette mesure. Le 9 janvier dernier, il reconnaissait quand même que "c'est très difficile de contrôler la vitesse sur le réseau secondaire. J'ai peur que cette décision reste lettre morte, et que sur les petites routes les gens continuent de faire parfois n'importe quoi". Et puis il y a la question financière : ce sont les départements qui doivent assumer le coût de ces panneaux. Aujourd'hui, 20 000 panneaux 90 existent sur nos routes. Chaque panneau coûte entre 50 et 100 euros. Dominique Bussereau indiquait alors qu'il avait demandé au Premier Ministre, s'il prenait cette mesure, de payer la facture aux départements.

Interview de François Bonneau, président du conseil départemental de la Charente

Interview de Michel Guitton, directeur de la Prévention routière en Charente