Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le département de la Manche prêt pour affronter l'hiver

vendredi 30 novembre 2018 à 11:52 Par Pierre Coquelin, France Bleu Cotentin

Le département de la Manche a lancé ce vendredi son plan de viabilité hivernale sur les routes en cas d'intempéries. Il est valable jusqu'à fin février. Un plan qui concerne un peu plus de 7.700 km de routes à traiter.

Dans la Manche, près de 300 agents du département sont mobilisés pour ce plan de viabilité hivernale
Dans la Manche, près de 300 agents du département sont mobilisés pour ce plan de viabilité hivernale © Maxppp - Cédric JACQUOT

Manche, France

Le département de la Manche a lancé son plan de viabilité hivernale. Il conditionne les interventions des équipes du département en cas d'intempéries, notamment de verglas et de neige. 

7.759 km de routes

La Manche a l'un des plus longs réseaux routiers départementaux de France : 7.759 km. Pour être plus efficace face aux intempéries, le département est divisé en cinq parties, autour de centres d'exploitations. Les itinéraires sont également répartis en trois catégories, en raison du trafic, des critères socio-économiques et de sécurité :

  • Le réseau prioritaire (1.920 km) : il s'agit des axes routiers principaux, traités en priorité par les 30 camions du conseil départemental équipés de lames de déneigement et de saleuses. En cas de déclenchement du plan neige et afin de réduire le temps entre deux passages, ils sont appuyés par des engins de déneigement du privé.
  • Le réseau secondaire (1.200 km) : ce sont les axes départementaux qui permettent d’assurer une liaison entre chaque bourg et le réseau principal. Lors du déclenchement du plan neige, dans un premier temps, ces routes sont traitées en déneigement seul par des machines du privé, puis, lorsque les moyens du conseil départemental sont libérés (une fois le réseau prioritaire terminé), ces derniers en assurent le salage.
  • Le reste du réseau : les équipes interviennent sur 3.766 km de routes restantes, après le traitement des circuits prioritaires et secondaires. 790 km de routes sont aussi traitées par les communes ou communautés de communes suite à 156 conventions avec le conseil départemental. Elles autorisent les collectivités concernées à déneiger les routes départementales à leur frais.

Pour ce qui est de l'autoroute A84, elle est directement gérée par les services de l'Etat. Le secteur le plus sensible se situe entre Guilberville et Avranches, en raison d'un relief plus marqué et d'un climat plus rigoureux.

300 agents

Le service est assuré par des équipes spécialisées, opérationnelles 24 heures sur 24. Le plan vaut jusqu'au 25 février 2019. Près de 300 personnes sont mobilisées. Des entreprises privées peuvent être appelées en renfort en cas de grosses intempéries et de chutes importantes de neige :

  • 10 patrouilleurs : ils sont les vigies sur le terrain, et renseignent les responsables des équipes d’intervention sur l'évolution de la situation climatique
  • 10 responsables des équipes d’intervention : ils analysent les bulletins météo au quotidien et décident de l'intervention des patrouilleurs
  • 85 adjoints techniques : les membres des équipes d'intervention sont appelés à intervenir à toute heure
  • 1 coordinateur : c'est le lien entre le siège et les équipes d'intervention
  • Des entreprises : elles viennent épauler nos équipes en cas de fortes chutes de neige. 78 marchés ont été mis en place : 30 marchés destinés à intervenir en renfort sur le réseau principal, et 48 marchés pour déneiger les liaisons des centres bourg des communes aux axes principaux

7.700 tonnes de sel 

Pour l'hiver 2018-2019, le département dispose de 7.700 tonnes de sel dans ses centres d'exploitation. Le conseil départemental a 30 camions équipés de saleuses et de lames de déneigement, et une vingtaine de véhicules légers pour assurer le traitement des axes.

808.425 euros

Lors de l'hiver précédent, on a dénombré 30 jours de neige et de verglas dans le département. 3.025 tonnes de sel utilisées au cours de l’hiver (coût moyen d’une tonne de sel : 70 euros) Pour comparaison, 1.380 tonnes de sel avaient été utilisées lors de l’hiver 2016-2017. Le coût de l'hiver 2017-2018 est estimé à 808.425 euros pour le département. On a compté 3.526 abonnés à l’alerte mail viabilité hivernale en 2017-2018.