Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Le département des Alpes-Maritimes accuse Escota de trop taxer les usagers de l'A8

jeudi 29 novembre 2018 à 20:04 Par Laurent Vareille, France Bleu Azur et France Bleu

Le département des Alpes-Maritimes et la mairie de Cannes sont en colère contre la société d'autoroute Escota. Pour ces deux collectivités locales, les gestionnaires de l'A8 abusent et ponctionnent beaucoup trop les Azuréens.

Vinci, gestionnaire de l'A8. (Photo d'Illustration)
Vinci, gestionnaire de l'A8. (Photo d'Illustration) © Maxppp - JEAN-PIERRE AMET

Alpes-Maritimes, France

C'est David Lisnard, le maire de Cannes, qui, ce jeudi lors d'une conférence de presse, était le plus virulent. Entouré de Charles-Ange Ginesy, président du Conseil départemental des Alpes-Maritimes, et d'Eric Ciotti, député et vice-président du département, l'élu cannois a fustigé la dernière annonce d'Escota.  Vinci vient en effet de faire savoir que dans le cadre du réaménagement de la sortie Cannes-La-Bocca, prévue de longue date, un surcoût sera appliqué de six millions d'euros. 

Un surcoût que devra supporter à 75 % la ville et le département. "C'est inadmissible, explique David Lisnard. C'est faire payer deux fois les Azuréens. Avec le péage, puis avec les impôts. Escota doit assumer l'entretien et les travaux de l'A8", poursuit-il en expliquant que les sommes perçues aux péages sont faites pour ça.

Une autoroute gratuite demandée

Mais ce n'est pas le seul grief que font ces trois élus à ce gestionnaire autoroutier. La demande d'une autoroute gratuite pour le département, en zone urbaine, revient sur le tapis. De même que la gratuité totale des péages pour les services de secours, les gendarmes ou encore la police. 

"Ce n'est toujours pas le cas, explique Eric Ciotti. Ce n'est tout simplement plus possible". Charles-Ange Ginesy souhaite lui que Vinci/Escota réponde à leur interrogations concernant les limites de vitesses, les zones accidentogènes, la circulation, les chiffres, les données. La guerre entre collectivités locales et Vinci ne fait que commencer.