Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le Département des Landes passe au "plan B" pour accueillir les mineurs isolés

-
Par , France Bleu Gascogne
Landes, France

Ces derniers mois, les mineurs isolés arrivent de plus en plus nombreux dans les Landes et partout en France. Les structures d'accueil classiques du Conseil départemental ne suffisent plus. Les services de l'aide à l'enfance doivent avoir recours à des solutions d'urgence.

Image d'illustration
Image d'illustration © Maxppp - Alexandre MARCHI

Une dizaine de mineurs isolés ont débarqué dans les Landes en 2013. Il en est arrivé 13 rien que lundi dernier dans le département, via les gares (Dax, Mont-de-Marsan ou Morcenx) ou la gendarmerie de Labouheyre. L'afflux de ces jeunes migrants non accompagnés est tel que les services traditionnels d'accueil du Conseil départemental ne suffisent plus à les recevoir dans de bonnes conditions. La Protection de l'enfance a dû faire appel à d'autres structures pour les loger.

Système saturé pour la première fois

En cette fin d'année 2017, les Landes accueillent près de 190 de ces mineurs isolés, susceptibles d'être pris en charge jusqu'à leur majorité. Il faut les loger, les accompagner. Mais les services classiques - familles d'accueil, centre départemental d'accueil - sont saturés : "Pour ne pas emboliser le système actuel, il faut avoir recours au 'plan B'", explique Paul Carrère, vice-président du Conseil départemental des Landes en charge des affaires sociales et du logement. 

Alors quelles solutions ? L'accueil médico-social concerne les plus jeunes, mais aussi les personnes âgées. Le Département s'est donc tourné vers des EHPAD (établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes). Ils disposent parfois, en cette période de fêtes de fin d'années, de chambres libres. Celui d'Aire-sur-l'Adour a répondu favorablement : il reçoit actuellement trois jeunes. Un autre est accueilli au pôle gériatrique de Morcenx. Le Conseil départemental a aussi réservé deux gîtes de 10 personnes au centre d'hébergement Cap Landes du District départemental de football, à Tartas. Un moyen de pallier une éventuelle arrivée massive de jeunes migrants pendant les fêtes.

Une rallonge de deux millions d'euros

Le budget du Département n'est pas extensible à l'infini pour gérer cet accueil. Une rallonge de deux millions d'euros a tout de même été votée au budget cette année. Elle porte à six millions d'euros les finances consacrées à ces jeunes isolés. Un montant cinq fois supérieur à ce qu'il était il y a cinq ans. 

Mais désormais les Conseils départementaux en appellent à l'État : _"_On touche la limite de la compétence des départements dans l'état actuel du flux, souligne Paul Carrère. La compétence était là pour accueillir ces mineurs quand ils venaient de façon un peu plus épisodique et que nous étions, parallèlement, en capacité d'accueillir les mineurs de notre territoire puisque nous avons environ 1 000 mineurs pris en charge par la Protection de l'enfance dans ce département, ce n'est pas rien"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess