Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le département du Loiret fait un premier bilan de son parcours d'accompagnement pour les jeunes majeurs

-
Par , France Bleu Orléans

En juillet 2020, sous la pression des associations, notamment de soutien aux jeunes migrants, le département du Loiret avait lancé un nouveau dispositif, le PARI, pour Parcours Autonomie Réussite Insertion, afin d'accompagner les jeunes majeurs. Il dresse un premier bilan de son action.

Roberto Dauchy l'un des jeunes bénéficiaires du PARI, entouré de ses réferents au conseil départemental et à l'Université d'Orléans
Roberto Dauchy l'un des jeunes bénéficiaires du PARI, entouré de ses réferents au conseil départemental et à l'Université d'Orléans © Radio France - Anne Oger

Depuis plusieurs années, les associations qui notamment viennent en aide aux mineurs isolés, arrivés seuls en France, accusaient le département du Loiret de laisser "à la rue et sans solutions" ces jeunes dont il a la charge jusqu'à leur majorité, c'est sa compétence. Passés 18 ans, ces jeunes ainsi que ceux pris en charge par l'ASE, l'aide sociale à l'enfance, se retrouvaient souvent livrés à eux-mêmes, c'était le reproche.

178 jeunes dans le dispositif aujourd'hui

En juillet 2020, le conseil départemental du Loiret a donc mis en place un nouveau dispositif, le PARI pour Parcours Autonomie Réussite Insertion. L'objectif : prolonger l'accompagnement des jeunes passée leur majorité, et créer les conditions d'une meilleure intégration dans la vie sociale et professionnelle. Aujourd'hui 178 jeunes bénéficient de ce parcours. 

Parmi ces 178 jeunes, 151 sont étaient des mineurs isolés non accompagnés, et 27 sortent des structures ou des familles d'accueil de l'Aide Sociale à l'Enfance. 47% d'entre eux poursuivent leur scolarité, 30% sont actuellement en formation, 10% sont en recherche d'emploi, et 10% en ont un. 

Une lettre de motivation et un projet précis

L'accompagnement consiste aussi à les aider à trouver un logement, mais aussi à faire toutes les démarches nécessaires dans leur vie quotidienne. Il s'agit de les accompagner  vers l'autonomie, et cela peut prendre différentes formes. Le parcours est prévu pour une durée maximale d'un an, renouvelable sous condition. Il s'accompagne d'une aide financière, et s'obtient sur la base d'une lettre de motivation et d'une description précise du projet du jeune. 

je suis fier de ce que j'ai accompli

Roberto Dauchy est l'un des bénéficiaires de ce parcours. Lui, à 19 ans, a un emploi, après une formation d'horticulture qui lui a permis d'obtenir son brevet. Il travaille actuellement au service des espaces verts de l'Université d'Orléans, et espère qu'au bout d'un an, cela débouchera sur un CDI. Roberto a aussi un logement. "Je suis accompagné et ça m'aide vraiment, je suis fier de ce que j'ai accompli" confie Roberto.

Mais il a encore besoin d'un accompagnement, "de quelqu'un qui soit à ses côtés, à qui il peut parler de ses soucis au quotidien" précise son référent, Ibrahim Idrissou, l'un des agents du département en charge du suivi du dispositif. "Pour d'autres jeunes, cela pourra être une aide à la recherche d'emploi. L'accompagnement est protéiforme, en fonction des besoins des jeunes"

A ce jour, 27 jeunes sont sortis du dispositif. Près de 80% d'entre eux ont un emploi et un logement, assure le département du Loiret.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess