Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le département du Tarn recherche des familles pour accueillir des migrants

-
Par , France Bleu Occitanie

Le département lance une expérimentation pour mieux accueillir les migrants mineurs. Des familles vont pouvoir les héberger en espérant une meilleure intégration des ados étrangers.

Aline et Richard ont préparé leurs deux filles pour cet accueil de jeunes migrants.
Aline et Richard ont préparé leurs deux filles pour cet accueil de jeunes migrants. © Radio France - SM

Comment mieux intégrer les jeunes migrants qui continuent d’arriver en France ? Une question que se posent tous les départements français. Le Tarn teste lui un nouveau dispositif qui a déjà été expérimenté dans deux ou trois départements français. Il s’agit d’accueillir ses jeunes migrants dit "mineurs non accompagnés" chez des citoyens volontaires. 

"Je vais pouvoir avancer dans mes projets"

Ces familles seront indemnisées à hauteur de 400 euros environ par mois. Mais l’idée c’est surtout que le foyer puisse aider ces jeunes à grandir et à s’intégrer. Que ces ados puissent par exemple apprendre mieux le français. Pour Saiko, le foyer, ce n’était plus possible. Ce jeune guinéen est donc depuis 15 jours, chez Françoise. "On est là l'un pour l'autre. Je crois qu'avec cette famille, je vais pouvoir avancer dans mes projets." Et la jeune retraité Albigeoise, insiste. C’est simple finalement de partager un peu de son quotidien. "C'est très banal, on a tous les mêmes schémas culturels. On partage des repas. Je l'aide par exemple à rechercher un vélo." L’association Alpha Protect va suivre cette relation mais selon sa présidente Julie Sourribes, le changement est spectaculaire "C'est un jeune qui souffrait du collectif. Il disait qu'il était prêt a fuguer, qu'il avait besoin de calme. Il a commencé à se livrer, à raconter son histoire mais de manière naturelle". 

Françoise héberge désormais Saïko.  - Radio France
Françoise héberge désormais Saïko. © Radio France - SM

323 mineurs non accompagnés dans le Tarn 

Trois associations travaillent sur ce projet et recherchent des familles. Il s’agit d’Alpha Protec, de l’association castraise Ensemble et l’association Le Ségala située en zone rurale.  Les jeunes restent toutefois sous la responsabilité du Président du Département.

Aline et Richard sont les parents de deux petites filles, Ariel et Elie. Et pourtant, ils sont volontaires pour ce programme. Une manière de concevoir leur foyer ouvert au monde. "En tant que parents, on voulait que nos enfants comprennent que dans notre société il y a tous ces besoins. Ça révolutionne notre famille. C'est une ouverture au monde." Les associations qui recherchent donc des familles comme celle-ci dans le Tarn.

Dans le Tarn, en ce moment, 323 jeunes mineurs non-accompagnés (MNA). Le coût d’accueil en famille est moins cher que les autres dispositions qui sont actuellement mis en place par le département. Les jeunes sont actuellement hébergés en foyer, dans des hôtels ou en collocation avec d’autres migrants. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu