Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le dépôt de carburant de Cournon bloqué par la FNSEA et les Jeunes Agriculteurs

lundi 11 juin 2018 à 0:44 Par Mickaël Chailloux, France Bleu Pays d'Auvergne

Comme annoncé vendredi dernier, la FNSEA et les Jeunes Agriculteurs ont débuté leur action près du dépôt de carburant de Cournon. Ils ont prévu de se relayer jusqu'à mercredi sur le site.

Ils ont déversé de la terre devant le dépôt de carburant
Ils ont déversé de la terre devant le dépôt de carburant © Radio France - Mickaël Chailloux

Cournon-d'Auvergne, France

Depuis 21 heures ce dimanche soir, le dépôt de carburant de Total à Cournon est bloqué. Les agriculteurs, venus du Puy-de-Dôme essentiellement, ont installé leurs barnums près du site, bloquant en partie l'avenue de la Gare à Cournon. Une cuisine est improvisée dans les deux bétaillères garées sur la route. 

Les agriculteurs sont en colère contre le possible accord UE-Mercosur. Cet accord verrait l'ouverture au marché européen de nombreux produits agricoles sud-américains, ce qui créerait une concurrence déloyale selon les syndicats

La crainte d'abandonner des filières entières

Michèle Boudoin, présidente de la Fédération Nationale Ovine, est présente aux côtés de ses collègues agriculteurs. Elle veut cibler "les incohérences des pouvoir publics. D'un côté, vous faites de la qualité. De l'autre, on ouvre à tout va, aux importations d'Amérique du Sud ou en ce qui concerne ma filière, une réouverture de négociation pour l'Océanie (Nouvelle-Zélande et Australie)". En tant qu'éleveuse de brebis à Ceyssat (Puy-de-Dôme), elle est très inquiète concernant ces discussions, alors même qu'on ne connaît pas le contour du Brexit. "Si on ouvre sur ces pays-là, ça va affaiblir la production ovine en Europe et France." Pour elle, la production française ne pourra pas être compétitive et de nombreux éleveurs risquent de mettre la clé sous la porte. 

Les barnums se sont vite remplis de monde - Radio France
Les barnums se sont vite remplis de monde © Radio France - Mickaël Chailloux

Le blocage jusqu'à mercredi au moins

Pour Quentin Baumont, secrétaire général des Jeunes Agriculteurs du Puy-de-Dôme, il faut "tenir au moins jusqu'à mercredi, à moins que le gouvernement nous annonce une bonne nouvelle." Une bonne nouvelle qui pourrait être l'abandon de ces discussions. "Ces produits qui rentrent ne seraient pas sain. C'est un vrai problème de santé publique" craint Quentin Baumont, qui espère se faire entendre du gouvernement. 

Les agriculteurs du Puy-de-Dôme mobilisés recevront le renfort de leurs collègues de Haute-Loire et du Cantal dès ce lundi, et même de Creuse et de l'Allier dans les prochains jours.