Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le député côte-d'orien Didier Paris inspecte la maison d'arrêt de Dijon

mardi 7 novembre 2017 à 17:45 Par Thomas Nougaillon, France Bleu Bourgogne

Les députés en prison ! Surpopulation carcérale, insalubrité, présence de rongeurs et de nuisibles... Ce lundi plusieurs députés, membres de la Commission des Lois de l'Assemblée nationale sont allés visiter des établissements pénitentiaires dans toute la France.

La maison d'arrêt de Dijon fait partie des établissements pénitentiaires visités par les députés ce lundi 6 novembre 2017
La maison d'arrêt de Dijon fait partie des établissements pénitentiaires visités par les députés ce lundi 6 novembre 2017 © Radio France - Stéphanie Perenon

21000 Dijon, France

Des visites surprises afin qu'ils se rendent compte par eux mêmes des conditions de vie des détenus mais aussi des conditions de travail des surveillants dans les prisons françaises. Il faut savoir que dans notre pays la loi autorise les députés à se rendre en prison quand ils le désirent de jour comme de nuit. C'est ainsi que Didier Paris député LREM de la 5e circonscription de Côte-d'Or et vice-président de la Commission des Lois, s'est rendu à la maison d'arrêt de Dijon.

De 14h30 à 17h30 ce lundi, aux côtés de Pascal Vion, Directeur interrégional des services pénitentiaires et de Joseph Coly, directeur de la prison, il a vu notamment le bâtiment où sont détenus les hommes, le Service Médico-Psychologique régional (SMPR) ou encore le "quartier d'isolement".

Didier Paris (Archives) - Radio France
Didier Paris (Archives) © Radio France - Thomas Nougaillon

"Une maison d'arrêt bien tenue"

Le député Didier Paris, ancien juge d'instruction, est un fin connaisseur du milieu carcéral, il livre à France Bleu Bourgogne ses conclusions à l'issue de cette visite. "J'ai visité une maison d'arrêt qui est assez ancienne certes mais qui est très bien tenue, qui est propre et très correcte par rapport aux références que je peux avoir sur d'autres maisons d'arrêt". Une "prison" où le lien humain est extrêmement "important" selon Didier Paris. "Il faut dire que c'est une petite maison d'arrêt entre guillemets avec 230 détenus actuellement tout confondu entre les quartiers hommes, femmes et les mineurs. Et donc il est encore possible dans ce genre de structure d'avoir ce type d'approches".

Pour Didier Paris la maison d'arrêt de Dijon est "bien tenue"

Des soucis à régler malgré tout

Mais comme partout, pour l'établissement pénitentiaire de la rue d'Auxonne, il y a des choses à améliorer et avant tout le problème de la surpopulation carcérale. "La première chose à faire c'est de réfléchir à la mise en place de peines alternatives" dit le député LREM. Des peines alternatives qui pourraient se substituer à la prison dans le cas de personnes condamnées à des courtes peines. Ce qui permettrait de désengorger l'établissement où comme ailleurs on trouve deux à trois détenus sont souvent obligés de coexister dans des cellules de neuf mètres carrés.

Pas assez d'ORL, de dermatologues, un accès compliqué aux soins dentaires

Le diagnostic de Didier Paris fait état également de soucis au niveau médical. "Nous n'avons pas assez de médecins présents notamment les ORL et les dermatologues et il y aussi un problème récurrent aux maisons d'arrêt dans leur ensemble, c'est celui de l'accès aux soins dentaires. J'ai trouvé qu'on était assez justes sur ces questions là, il faut que cela évolue évidemment".

Parmi les soucis à Dijon comme ailleurs: la surpopulation carcérale et un accès aux soins parfois compliqué selon Didier Paris

Les députés veulent faire remonter leurs observations à leur ministre de tutelle

A l'image de Didier Paris, ces députés membres de la Commission des lois vont se retrouver ce mercredi 8 novembre 2017 à 10 heures. Sur la base de leurs observations ils doivent débattre des conditions de détention et des conditions de travail dans les prisons françaises. L'objectif c'est de faire remonter toutes leurs observations à la ministre de la Justice, Nicole Belloubet pour "nourrir les chantiers" de la justice. La ministre doit présenter une loi de programmation 2018 - 2022 au début de l'année prochaine qui doit aboutir notamment à la création de 15 000 places de prison.

La maison d'arrêt de Dijon en chiffres

Selon les chiffres communiqués par l'Administration Pénitentiaire il y a actuellement à la maison d'arrêt de Dijon 179 hommes détenus (soit un taux d'occupation de 132%) et 39 femmes (soit un taux d'occupation de 115%). Cela signifie 2 à 3 détenus par cellule de 9 mètres carrés. Précisons qu'il n'a pas été possible de réaliser une interview du directeur de la prison.