Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le député girondin Loïc Prud'homme compare le "système malbouffe"à "une association de malfaiteurs"

mercredi 26 septembre 2018 à 20:29 Par Pascal Pierozzi, France Bleu Gironde et France Bleu

Loïc Prud'homme, député girondin de la France Insoumise, a présenté mercredi le rapport de la commission d'enquête parlementaire, dont il est le président, sur l'alimentation industrielle. Il fustige la passivité des pouvoirs publics et le comportement des responsables de l'industrie alimentaire.

Loïc Prud'homme part en croisade contre la 'malbouffe'
Loïc Prud'homme part en croisade contre la 'malbouffe' © Maxppp - Leon Tanguy

Gironde, France

Après six mois de travail et 40 auditions, Loïc Prud'homme a dressé un constat accablant face à un problème majeur de santé publique.  Il a évoqué un échec cinglant de "la politique basée sur les engagements volontaires des grandes firmes, pourtant toujours défendue par le ministre de l'Agriculture". Il n'a pas hésité à critiquer "la passivité des pouvoirs publics qui laissent sans encadrement les pratiques de l'industrie agro-alimentaire et de la grande distribution" les comparant à une "association de malfaiteurs". 

Le député girondin de la France Insoumise estime "qu'il revient à la loi et aux règlements de contraindre les industriels à baisser les teneurs en sucre, sel et acide gras, ainsi que de faire respecter le principe de précaution sur l'utilisation des additifs".  

Selon Loïc Prud'homme, l'Office Mondiale de la Santé préconise 5 grammes de sel par jour, alors qu'en France "on est entre 5 et 12 grammes. Idem pour le sucre, la préconisation est de 25 grammes, alors que "nous sommes à plus de 50 grammes" d'ou l'explosion de maladies chroniques, cardio-vasculaires, diabète, cancers et obèsité. 

Le rapport demande la réduction des additifs 

Concernant les additifs, le président de la commission d'enquête constate que dans l'alimentation, sous label agriculture biologique, seuls 48 additifs sont autorisés. "L'industrie agro-alimentaire a les ingénieurs, le personnel et les moyens financiers pour proposer des solutions techniques qui soient saines". 

Richard Girardot, président de l'Ania (Association nationale des industries alimentaires), a réagi sur France Info sur la préconisation du rapport de  limiter fortement le nombre d'additifs autorisés dans les produits transformés. "On sera incapables d'appliquer cette règle des 50 additifs"

Dans ce rapport,  Loïc Prud'homme propose l'interdiction de la publicité et du marketing à destination des enfants sur tous les supports : tv, internet. Il prône également l'instauration d'une vraie éducation à l'alimentation à l'école, avec une heure dédiée chaque semaine de la maternelle à la classe de 3ème. 

Loïc Prud'homme, député girondin de la France Insoumise, président de la commission d'enquête parlementaire sur l'alimentation industrielle