Société

Le devenir des sapeurs-pompiers en congrès à Ajaccio

Par Patrick Rossi, France Bleu RCFM jeudi 12 octobre 2017 à 17:05 Mis à jour le jeudi 12 octobre 2017 à 18:13

Le devenir des sapeurs-pompiers en congrès à Ajaccio
Le devenir des sapeurs-pompiers en congrès à Ajaccio © Radio France -

Officiellement ouvert mercredi 11 octobre, le congrès national des sapeurs-pompiers se poursuit à Ajaccio. Une suite très sérieuse au cours de laquelle les soldats du feu ont abordé différentes questions liées à leur profession.

Le 124e congrès national des sapeurs-pompiers bat son plein à Ajaccio. Cette manifestation est avant tout l’occasion pour les pompiers d’un moment de rassemblement, de découvertes de nouvelles techniques, de nouveaux produits, d’échanges pour préparer l’avenir. Un avenir pas toujours très facile à définir. Les obstacles pour la profession sont nombreux comme dans d’autres secteurs d’activité.

Les pompiers sont environ 250.000 en France. 80% sont des volontaires. Des pompiers très sollicités tout au long de l’année. Ils réalisent en moyenne 11.000 interventions par jours, plus de 4 millions par an. Des interventions qui ont augmenté de près de 8% en l’espace de 6 ans, et ce malgré une baisse des effectifs, des fermetures de casernes, et surtout un recul des investissements de l’ordre de 33%. Dès lors se pose une question : comment poursuivre dans de telles conditions ?

Laurent Ferlay, président de l'association des SDIS de France

L'après Bataclan

A l'occasion de cette journée de travail, les pompiers ont évoqué la tuerie de masse du Bataclan. C'était le 13 novembre 2015. Le médecin du Raid, Matthieu Langlois, qui était intervenu lors de cette terrible soirée, est revenu sur ces évènements tragiques. A travers ce que l'on appelle aujourd'hui "les nouvelles menaces", Matthieu Langlois livre son sentiment sur les méthodes mises en œuvre pour faire face désormais à ces attaques terroristes.

Une grande échelle pour le 2B

Le SDIS de Haute-Corse vient de faire l'acquisition d'une nouvelle grande échelle. Longue de 33 mètres, elle permettra des interventions dans le centre ville sur des immeubles d'une dizaine d'étages. L'investissement est estimé à 600.000€.