Société

Le diocèse d'Avignon crée une cellule d'écoute pour les victimes de pédophilie

Par Aurélie Lagain et Jean-Pierre Burlet, France Bleu Vaucluse mardi 20 décembre 2016 à 4:46

Jean-Pierre Cattenoz
Jean-Pierre Cattenoz © Radio France - Jean-Pierre Burlet

L'archevêque d'Avignon annonce la création d'une cellule d'écoute pour les victimes de pédophilie, mais fustige aussi les festivités de Noël dans certaines communes de Vaucluse.

Une cellule d'écoute pour les victimes de la pédophilie vient d'être créée au sein du diocèse d'Avignon.

Cette cellule composée de psychiatres, psychologues, avocats et prêtres doit permettre aux victimes d'actes pédophiles de se confier et d'éventuellement faire remonter l'affaire devant la justice.

Jean-Pierre Cattenoz, l'archevêque d'Avignon, prône la "tolérance zéro" envers les auteurs, surtout s'ils sont prêtres ou membres de l'église. Il plaide aussi pour une totale compassion envers les victimes, évoquant "quelque chose d'horrible". Ces victimes peuvent être amenées à sa confier même des années après avoir été abusées.

"Autant nous devons avoir de la compassion pour toutes les victimes. Autant c'est tolérance zéro pour les prêtres ou les ministres de l'église qui agissent de telle sorte". - Jean-Pierre Cattenoz

Cette cellule d'écoute peut être contactée via le secrétariat de l'archevêque, sur le site web du diocèse ou par courriel : paroledevictime(at)diocese-avignon.fr

L'archevêque très critique envers les festivités de Noël en Vaucluse

Dans un tout autre registre, l'archevêque s'en est pris à l'organisation des festivités de Noël à Carpentras (où la présence d'un dragon chinois l'a fait bondir) mais surtout à Avignon où il se demande ce que vient faire la girafe dans le folklore provençal.

Jean-Pierre Cattenoz tourne en dérision le thème de la girafe choisi par la mairie d'Avignon pour Noël - Radio France
Jean-Pierre Cattenoz tourne en dérision le thème de la girafe choisi par la mairie d'Avignon pour Noël © Radio France - Jean-Pierre Burlet

Il se dit aussi "interloqué" de voir la crèche et le marché des santonniers placés dans l'église des Corps Saints, qui n'est "pas un lieu de passage", loin de la place de l'Horloge. Il y a deux ans, la crèche était encore installée dans le hall de l'Hôtel de ville.

Pour lui c'est clair il y a une volonté nette de supprimer l'esprit de famille de la fête de Noël, une "logique provocatrice".

"Je pense qu'il y a une volonté explicite, une sorte de rouleau compresseur, de supprimer tout ce qui touchait à la famille d'une manière ou d'une autre." - Jean-Pierre Cattenoz

L'archevêque invite tous ceux qui le veulent à venir prier pour la paix le 24 décembre au soir au cours d'une messe de minuit œcuménique, célébrée en la métropole Notre Dame des Doms à partir de 23 heures.

La mairie d'Avignon répond qu'en s'attaquant aux fêtes à Avignon et Carpentras, l'archevêque se trompe de cible, dénombrant une dizaine de crèches à Avignon, dont une en mairie de Montfavet.

"C'est bien parce que Noël est d’abord une fête familiale, plus que commerciale, que nous avons voulu mettre les enfants d’Avignon et leurs familles au cœur des festivités". - Communiqué de la ville d'Avignon

La mairie estime qu'il "n’entre pas dans sa mission de distribuer bons et mauvais points aux élus de la République en fonction de ce qu’il agrée", estimant qu'on "s'éloigne de l'esprit de Noël".