Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le diocèse de Poitiers a perdu 30% de ses ressources à cause de la crise sanitaire

-
Par , France Bleu Poitou

Avec le confinement, l'arrêt des cérémonies, mariages ou baptêmes a privé l'Eglise de ses principales sources de revenu comme la quête ou le "casuel". Dans le Poitou, la baisse des ressources s'élève à 30% soit 500.000 euros en moins.

Déconfinement : Les messes de nouveau autorisées
Déconfinement : Les messes de nouveau autorisées © Radio France - Nicolas Blanzat

La crise sanitaire fait très mal à l'église catholique en France. Elle enregistre cette année une baisse de 30 à 40% de ses ressources selon la Conférence des évêques de France. Des pertes inédites qui touchent tous les diocèses de l'Hexagone. Dans l'archevêché de Poitiers, le constat est tout aussi inquiétant. Un manque de 30% des ressources, moins 500.000 euros de perte globale pour l'ensemble du diocèse.

Les dons numériques pour tenter de rattraper un peu les pertes

Peu de célébrations, d'obsèques, quasiment pas de baptêmes ou de mariage, selon Thierry Seguin, économe diocésain pour le diocèse de Poitiers les recettes se sont peu à peu effondrées depuis le premier confinement. Une grande importance a donc été donnée aux outils numériques et aux dons via les applications ou les sites internet. 

"En 2019 seulement 1% des quêtes étaient collectées par le numérique, pendant le confinement on est montés jusqu'à 10%", explique Thierry Seguin. Un chiffre qui varie d'une paroisse à l'autre, "certaines ont réussi à collecter 40 à 50% de leurs quêtes via le numérique mais d'autres stagnent à 1 ou 2%", constate-t-il.  

Beaucoup de personnes âgées ne viennent plus au célébrations car elles ont peur, tous les fidèles ne sont pas revenus - Thierry Seguin

Difficile d'avoir encore du recul sur le deuxième confinement mais les pertes du mois de novembre sont déjà importantes. "Elles s'élèvent à 80.000 euros", estime Thierry Seguin. "Beaucoup de personnes âgées ne viennent plus au célébrations car elles ont peur, tous les fidèles ne sont pas revenus. En revanche ceux qui se rendent à la messe donnent plus", remarque-t-il. Il parle de "quêtes silencieuses", des fidèles qui donnent plutôt des billets des pièces. 

Le diocèse chercher à faire le plus d'économies possible

Quelles seront les conséquences de ces pertes ? Le diocèse de Poitiers avait déjà engagé une politique d'économies ces dernières années. "Entre 2010 et 2020, on est passés de 70 salariés à 35. Sur 10 ans, une centaine de prêtres sont décédés. Nous avons vendu la maison diocésaine. 8.000 mètres carrés contre 2.000 dans les nouveaux locaux moins énergivores. Cela a permis d'économiser, 500 000 euros" détaille l'économe. 

Une politique nécessaire alors que le nombre de pratiquants réduit chaque année. Conséquence, "2 à 3% de recettes en moins chaque année". Les paroisses sont donc fortement incitées à réduire leurs charges.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess