Société

Le Docteur Huez saisit le conseil d'Etat et se dit victime d'acharnement

Par Xavier Louvel, France Bleu Touraine lundi 13 mars 2017 à 17:37

Le docteur Dominique Huez
Le docteur Dominique Huez © Maxppp - Vanina Le Gall

L'ancien médecin du travail de la centrale de Chinon est en conflit ouvert avec une entreprise sous-traitante d'EDF. Il avait rédigé un certificat reconnaissant un lien entre la dépression d'un salarié et ses conditions de travail. Condamné par l'ordre des médecins, il saisit le conseil d'Etat.

Le docteur Dominique Huez a été le médecin du travail de la centrale nucléaire de Chinon, spécialiste de la santé au travail (auteur de plusieurs ouvrages sur le sujet). Il a pris sa retraite en 2013, mais n'imaginez pas qu'aujourd'hui encore, il serait poursuivi pour un certificat médical signé fin 2011. Il fait alors le lien entre la dépression d'un salarié d'une entreprise sous-traitante d'EDF à la centrale de Chinon et ses conditions de travail. Le salarié en question est tuyauteur-soudeur, en maintenance électrique des moteurs. Il avait déjà exercé un droit de retrait à cause de la chaleur trop forte et d'une crainte de contamination à l'amiante. L'homme d'une trentaine d'années utilisera par la suite le diagnostic du docteur Huez pour gagner aux prud'hommes contre son employeur.

Une quarantaine de médecins condamnés en France suite à des plaintes d'entreprises

La société sous-traitante de EDF porte plainte auprès de l'ordre des médecins d'Indre-et-Loire. Le 26 septembre 2016, le docteur Dominique Huez est condamné par la chambre nationale disciplinaire de l'ordre des médecins à un avertissement et à verser 1.000€ à la société Orys. Il fait appel de cette condamnation devant le Conseil d'Etat, "pour que les entreprises n'aient plus de droit de regard sur les diagnostics des médecins du travail" dit-t-il.

La CGT qui soutient Dominique Huez se dit prête à aller jusqu'à la cour européenne des droits de l'Homme

Mais sans attendre l'appel, Orys a mandaté des huissiers pour venir saisir ses biens, et récupérer les 1.000€. Chez lui, Dominique Huez a eu droit à trois visite d'huissiers, deux fois en janvier et le 10 mars. Ses deux voitures sont saisies, pour recouvrement de dettes. "Je considère que cet acharnement confine au harcèlement qui vise à sanctionner la pratique de médecine du travail indépendante de toute pression. Son objet est de faire peur aux médecins qui attestent médicalement d'un lien entre l'atteinte à la santé de leur patient et leurs conditions de travail" écrit Dominique Huez dans un blog publié par Médiapart.