Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le festival des créations télévisuelles de Luchon dans la tourmente

mardi 4 septembre 2018 à 21:36 Par Olivier Lebrun, France Bleu Occitanie

Le festival qui attire les stars du petit écran depuis 20 ans dans les Pyrénées serait menacé. Claude Corret, la présidente de l’association organisatrice, annonce sa démission dans une lettre ouverte.

Le monde de la télé se délocalise chaque hiver au festival de Luchon
Le monde de la télé se délocalise chaque hiver au festival de Luchon © Radio France - @Sylvain Lecas

Bagnères-de-Luchon, France

La nouvelle a semé la stupeur dans la cité thermale : le festival des créations télévisuelles de Luchon, qui réunit chaque année depuis 20 ans les acteurs du petit écran et les professionnels de la télévision au pied des Pyrénées, serait menacé de disparaître. Dans une lettre ouverte aux bénévoles, Claude Coret, la présidente de l'association du festival annonce sa démission. Elle qui avec le réalisateur Serge Moati était la grande organisatrice du festival depuis 13 ans jette l'éponge. Elle se dit victime de burn-out et aussi de harcèlement, sa gestion était contestée par certains membres de son conseil d'administration. 

La terre ouverte de Claude Coret aux bénévoles du Festival de Luchon - Aucun(e)
La terre ouverte de Claude Coret aux bénévoles du Festival de Luchon

Une bataille d’égos

Comment expliquer cette démission de la présidente de l’association organisatrice ? Claude Coret se dit épuisée par les épreuves de l’édition 2018 du festival, perturbée par la neige et les barrages d'agriculteurs, il a fallu gérer la venue des acteurs depuis Paris. Elle démissionne pour « raison médicale », mais se dit également victime de « harcèlement moral », certains membres de son conseil d’administration contestaient son mode de gestion à la tête du festival.

La vice-présidente de l'association - Myriam Dutoit - parle même de "batailles d'ego". « Avant de malmener Claude Coret, certains auraient dû se poser la question, on essaye de la mettre dehors, mais qui met-on à la place ? Ce sont des égos parfois surdimensionnés, le monde de la télé, le monde des paillettes, ça peut aussi faire rêver et perdre la tête », ajoute Myriam Dutoit qui estime que le festival est clairement en sursis.

"le monde des paillettes peut faire perdre la tête" - Myriam Dutoit vice présidente de l'association orgaznisatrice

Le festival 2019 aura-t-il lieu ?

Que va-t-il se passer maintenant ? La démission de la présidente prend tout le monde de court. L'équipe des 160 bénévoles se retrouve sans pilote, et l'organisation du festival qui a lieu début février a déjà pris du retard. Il n’est pas sûr que l’édition 2019 puisse avoir lieu. L'association qui gère le festival réunit un conseil d'administration extraordinaire ce vendredi pour en décider.

Mais pour le maire de Luchon, Louis Ferret, le festival qui attire les touristes et qui marque le lancement de la saison de ski dans sa station ne peut pas être abandonné. 

Le festival pour moi n’est pas en sursis. J’ai échangé avec Serge Moati, avec des membres de l’association, on est dans un état d’esprit de poursuite de cet événement.

"Le festival n'est pas en sursis" - Louis Ferret, maire de Luchon

Le Festival des créations télévisuelles de Luchon, qui fêtait l’an dernier son 20e anniversaire, avait réuni 240 membres d'équipes de films, la présence de 35 chaînes de télévision et 20 000 spectateurs dans les salles.

Le festival de Luchon, dont le budget avoisine les 600 000 euros, est désormais en concurrence avec d’autres gros festivals positionnés sur la télévision et les séries, comme le Festival de la fiction TV de la Rochelle qui se tient du 12 au 16 septembre 2018, et le festival "Séries Mania" de Lille du 22 au 30 mars 2019, sans oublier le festival TV de Cannes.