Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le foot, c'est aussi une histoire de filles

lundi 13 août 2018 à 5:05 Par Sarah Vildeuil, France Bleu Creuse

Le district de football de la Creuse veut changer la donne. Ce dimanche, le foot féminin a été mis à l'honneur. Au programme, deux affiches: Guéret-La Souterraine en lever de rideau du match amical Soyaux (D1)- Saint-Étienne (D2). Il y avait aussi un stand pour promouvoir le football féminin.

La fédération française de football lance une campagne pour attirer plus de femmes
La fédération française de football lance une campagne pour attirer plus de femmes © Radio France - Sarah Vildeuil

Guéret, France

Parmi les joueuses de Guéret, il y a Floriane Paranton. Elle entraîne aussi les 14-17 ans. C'est la coupe du monde 98 qui lui a donné envie de jouer au foot. " Donc 2018, il y aura sûrement des nouvelles à la rentrée.  Je pense surtout qu'il y aura un gros boom l'an prochain, précise Floriane, avec la coupe du monde féminine qui va se jouer en France. Mais c'est vrai que cette coupe du monde gagnée chez les gars aura des effets pour tout le monde."

Guéret a affronté La Souterraine en lever de rideau du match amical Soyaux-Saint-Etienne ce dimanche - Radio France
Guéret a affronté La Souterraine en lever de rideau du match amical Soyaux-Saint-Etienne ce dimanche © Radio France - Sarah Vildeuil

"Tu feras de la danse"

Pour Floriane Paranton, le foot féminin commence à entrer dans les mœurs. Mais le premier combat, c'est parfois contre les parents. Cloé Pénichon en sait quelque chose. A 16 ans, elle est la présidente de la commission de féminisation du district de la Creuse, la première du nom. Elle joue au football depuis deux ans. "Je voyais mes copains  jouer au foot à la récré quand j'étais petite, raconte Cloé.  J'ai toujours eu envie de jouer au foot. "

Mes parents n'y croyaient jamais quand je leur en parlais. Ils étaient plutôt réticents: "Une fille, ça fait plutôt de la danse.

Cloé a effectivement fait de la danse plus jeune. "Mais ça ne me plaisait pas. Ça ne me convenait pas. Alors je me suis lancée dans le foot."

Cloé Pénichon, la jeune présidente de la commission de féministation du district de football de la Creuse. - Radio France
Cloé Pénichon, la jeune présidente de la commission de féministation du district de football de la Creuse. © Radio France - Sarah Vildeuil

"Mesdames, franchissez la barrières!

Pour Cloé, il y a encore beaucoup trop de préjugés. "C'est vrai que c'est encore très présent. Même dans les clubs, on entend parfois des choses. Par exemple: " Une femme, c'est fait pour la cuisine et pour regarder les hommes jouer au foot.  Elles en sont incapables, elles n'ont pas assez de force." "

On a encore tous ces préjugés à combattre. Il faut réussir à passer outre.

La fédération française de football lance la campagne "Mesdames, franchissez la barrière!" Le district de football de la Creuse est celui où il y a le plus de femmes en France avec 701 licenciées. Mais c'est à peine 14% des effectifs. "Le football a peut-être pu être entre guillemets un sport de garçons manqués ou ça a pu être perçu comme tel à un moment donné, mais c'est vraiment du sport féminin, insiste David Jouany, l'entraîneur des féminines de l'Entente guérétoise. On propose une filière exclusivement féminine, donc n'hésitez pas, c'est un sport de filles."

David Jouany, l'entraîneur des féminines de l'Entente guérétoise. - Radio France
David Jouany, l'entraîneur des féminines de l'Entente guérétoise. © Radio France - Sarah Vildeuil

Et peut-être même qu'un jour il n'y aura plus besoin d'une commission particulière.