Société

Le Foyer Albert Thomas à Tours occupé par les résidents.

Par Denis Guey, France Bleu Touraine lundi 26 décembre 2016 à 19:32

Le gymnase Paul Racault a été aménagé pour accueillir les résidents du foyer Albert Thomas. Ceux-ci refusent pour l'instant cette solution.
Le gymnase Paul Racault a été aménagé pour accueillir les résidents du foyer Albert Thomas. Ceux-ci refusent pour l'instant cette solution. © Radio France - Denis Guey

L'association qui gère le foyer d'accueil de nuit a été mise en liquidation judiciaire jeudi 22 décembre et les portes de cet hébergement devaient fermer hier soir lundi 26 décembre

Les salariés et les résidents du Foyer Albert Thomas à Tours ont battu le rappel de leurs soutiens dés hier matin - lundi - pour protester contre cette fermeture. Ils ont reçu le soutien d'autres associations telles que RESF, de syndicats et d'élus municipaux par exemple Pierre Commandeur à Tours.

La liquidation judiciaire de l'association doit entraîner le licenciement des 8 salariés et le risque de mise à la rue des 36 résidents du foyer, pour la plupart des migrants demandeurs d'asile.

La Préfecture d'Indre-et-Loire a proposé une solution transitoire jusqu'au 2 janvier pour accueillir les résidents. le gymnase Paul Racault a été aménagé avec des lits de camp et des tables pour accueillir ceux qui le souhaitent avant de trouver des solutions durables dans d'autres centres d'accueil en Indre-et-Loire. La Préfecture s'est engagée à préserver ces 36 places d'hébergements dans d'autres structures après la fermeture du foyer Albert Thomas.

Les résidents ont peur de se retrouver à la rue

Une solution qui ne satisfait pas les résidents car ils craignent comme Abdoulaye, demandeur d'asile, d'être balladé de foyer en foyer et de se retrouver à la rue.

Hier soir à 18h, l'heure prévue pour la fermeture définitive des portes de cet accueil de nuit, personne ne s'est présenté ni l'administrateur judiciaire ni une autre autorité. Les résidents ont donc décidé de rester sur place

Mais comment l'association-foyer Albert Thomas en est-elle arrivée là ?

Le tribunal de grande instance de Tours a ordonné la liquidation judiciaire, à la demande du président de l’association pour « difficultés économiques et d’organisation internes à l’association », selon la préfecture. Le conseil d’administration de l’association avait auparavant démissionné après avoir constaté un trou financier de plus de 50 000 €.

Une situation que les élus et les interlocuteurs de l'association n'ont semble-t-il découvert qu'il y a seulement une dizaine de jours. Le Foyer Albert Thomas était financé par des fonds publics notamment de l'Etat via la Direction départementale de la cohésion sociale. L'association a également reçu des subventions de la ville de Tours et du Département. Le Foyer est installé dans des locaux qui appartiennent à la ville de Tours, ils ont été entièrement rénovés et le foyer comme tous les établissements de ce type était régulièrement contrôlé par le Centre communal d'action sociale.

Le bilan est lourd : dans l'urgence, la Préfecture a réagi en proposant un hébergement provisoire avant des solutions plus pérennes pour éviter la rue aux 36 résidents. 8 salariés vont perdre leur emploi.