Société DOSSIER : L'affaire Merah

Le frère de Mohamed Merah marche pour dénoncer "les intégrismes religieux"

Par Baalouche Seina, France Bleu Sud Lorraine et France Bleu mercredi 15 mars 2017 à 11:39

Abdelghani Merah a entamé une longue marche à travers la France pour alerter sur la montée de l'intégrisme religieux.
Abdelghani Merah a entamé une longue marche à travers la France pour alerter sur la montée de l'intégrisme religieux. © AFP - PHILIPPE DESMAZES

Le frère de Mohamed Merah, a entamé une marche à travers la France cinq ans après les tueries de son frère. Abdelghani Merah est parti de Marseille le 8 févier 2017 pour prôner la laïcité et dénoncer l'intégrisme religieux. Ce mardi 14 mars, il est arrivé à Nancy.

Cinq ans après les tueries de son frère, Abdelghani Merah a entamé une longue marche à travers la France, reprenant l'itinéraire de la "marche des beurs" pour alerter sur la montée de l'intégrisme religieux. Le 11 et le 12 mars 2012, Mohamed Merah avait assassiné sept personnes à Toulouse et à Montauban. Abdelghani Merah dénonce ces actes et la radicalisation de ses deux frères : Mohamed et Abdelkader Merah qui lui sera jugé en octobre pour complicité dans les assassinats de son cadet. Le marcheur veut lutter contre la radicalisation religieuse et prôner la laïcité. Parti de Marseille il y a une trentaine de jours, il était de passage ce mardi 15 mars à Nancy.

Une marche " républicaine pour dénoncer les intégrismes religieux" et "dénoncer le racisme"

Le frère ainé de Mohamed Merah veut dénoncer "le racisme et l'antisémitisme" avec cette "marche républicaine" explique-t'il. Il veut aussi lutter contre les "intégrismes religieux" en se rapportant à l'expérience de son frère :

Il y a un prédicateur, un prêcheur de haine qui lui a volé son cerveau." - Abdelghani Merah

Abdelghani Merah prend des risques avec cette marche en dénonçant les tueries de ses deux frères car il explique que pour les "fous de dieu" c'est "un traître". Cela fait une trentaine de jours qu'il a entamé sa marche et les réactions sont plutôt positives : "la plupart des jeunes comprennent mon rôle et ma marche; ils sont très émus et admiratifs. Et surtout ils me disent : "Continuez c'est un joli combat et merci pour la France"." Il espère être reçu à Paris par le ministre de la Justice à son arrivée dans la capitale.

. - Aucun(e)
.

Durant toute la durée des campagnes pour l’élection présidentielle et les législatives, France Bleu a choisi de ne pas relayer de sondage sur son site internet. Fidèle à son image de proximité, France Bleu donne la parole au plus grand nombre au travers des reportages réalisés sur le terrain par les rédactions des 44 locales du réseau France Bleu.