Société

Le futur parc animalier et végétal de Pessac verra-t-il le jour ?

Par Clément Carpentier et Lorrain Sénéchal, France Bleu Gironde jeudi 10 juillet 2014 à 6:15 Mis à jour le vendredi 11 juillet 2014 à 17:35

Les girafes de l'actuel Zoo de Pessac
Les girafes de l'actuel Zoo de Pessac © MaxPPP - Stéphane Lartigue

Le projet Save va connaître un nouvel épisode ce jeudi. Le Conseil municipal de Pessac va voter le retrait des financements de la ville dans ce projet de parc animalier et végétal. Alain Juppé le président de la CUB annonce ce vendredi qu'il suivra la décision de la commune. La région soutient le projet.

Le Conseil municipal de Pessac risque d'être plus mouvementé que d'habitude ce jeudi. Pour la première fois depuis l'élection de Franck Raynal (UMP), le Conseil municipal va aborder la question du futur parc animalier et végétal de la ville. Le projet Save fait débat depuis des années à Pessac.

Un projet gigantesque porté par l'ancien maire de 41 millions d'euros (22 fonds publics, 19 millions de prêts) sur 14 hectares qui pourrait accueillir 300.000 visiteurs par an. Son ouverture est prévue pour 2017 .

La mairie de Pessac se désengage, la CUB n'ira pas seule

"Il faut arrêter ce projet"

Mais aujourd'hui la nouvelle municipalité demande son arrêt et va voter ce jeudi le retrait de son financement (7 millions d'euros sur 22). Un manque qui selon les porteurs du projet dont la région peut être comblé par des partenaires privés. Franck Raynal veut donc aussi convaincre Alain Juppé le président de la CUB de se désengager (8 millions d'euros sur 22).

La réponse d'Alain Juppé? il suivra l'avis de la mairie . C'est ce qu'il a déclaré ce vendredi en marge du conseil communautaire.

Alain Juppé, président de la CUB, ne veut pas passer en force

La région, elle, porte à bout de bras le projet depuis le début (7 millions d'euros sur 22). Ce parc animalier est fortement soutenu par Alain Rousset.

À LIRE AUSSIMaurice le panda roux n'a pas imité Serge le lama à PessacLes dinosaures débarquent au zoo de Pessac

Un mauvais coup de plus pour le projet Save à Pessac