Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le gendarme du nucléaire rend son rapport sur les centrales du Centre Val-de-Loire : "Peut mieux faire" pour Belleville

L'autorité de sûreté nucléaire estime que le niveau de sûreté est globalement satisfaisant pour trois centrales du Centre Val-de-Loire (Chinon, Dampierrre, Saint-Laurent-des-Eaux). Mais la centrale de Belleville-sur-Loire reste en "surveillance renforcée", malgré une amélioration l'an dernier.

La centrale de Dampierre-en-Burly (décembre 2016)
La centrale de Dampierre-en-Burly (décembre 2016) © Radio France - Anne Oger

Orléans, France

L'autorité de sûreté nucléaire (ASN) vient de rendre son rapport annuel pour l'année 2018. L'ASN a mené environ 150 inspections dans les sites nucléaires du Centre Val-de-Loire et les centres médicaux qui utilisent la radioprotection. Bilan pour les centrales nucléaires : "Le niveau de sûreté est satisfaisant pour les centrales de Dampierre et Chinon", explique Alexande Houlé, chef de la division de l'ASN d'Orléans. 

Et Saint-Laurent-des-Eaux ?

L'appréciation du gendarme du nucléaire est la même pour la centrale de St-Laurent-des-Eaux (Loir-et-Cher), "même si le niveau de sûreté est légèrement en retrait en 2018", selon l'ASN. 

"Surveillance renforcée" maintenue pour la centrale de Belleville

En revanche, la "surveillance renforcée", imposée depuis septembre 2017 pour la centrale de Belleville-sur-Loire, dans le Cher, est maintenue. Alexande Houlé précise : "On considère que les résultats restent en retrait à Belleville malgré des progrès notables en 2018". L'ASN  a vu "de nombreuses améliorations dans la qualité des informations, l'état général des installations et la détection des anomalies", explique Alexandre Houlé. 

Manque de rigueur de la part d'EDF à Belleville-sur-Loire

Mais "une nouvelle fois, on constate un manque de rigueur dans la conduite de l'installation. EDF doit respecter des règles, une sorte de code de la route mais en 2018, il y a eu trop d'événements et d'erreurs pendant lesquels l'exploitant sortait du domaine de fonctionnement, sur de courtes périodes, mais évidemment sans conséquence sur la sûreté." L'ASN n'exclut pas de lever ce niveau de surveillance renforcée en fin d'année 2019 pour Belleville.