Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Grenelle contre les violences conjugales : "Il faut "passer à l'action" estime une association de Haute-Garonne

-
Par , France Bleu Occitanie

Le coup d'envoi sera donné le 3 septembre et le processus se conclura le 25 novembre, annonce Marlène Schiappa dans Le Journal du dimanche.La Déléguée à l'égalité des femmes et des hommes en Haute-Garonne Christine Stebenet est favorable à la tenue d'un "Grenelle" mais émet des réserves.

Marlène Schiappa, Secrétaire d'État auprès du Premier ministre, chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes
Marlène Schiappa, Secrétaire d'État auprès du Premier ministre, chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes © Radio France - Maxppp

Toulouse, France

Le gouvernement s'attaque aux violences conjugales.  Il a annoncé ce dimanche vouloir lancer un grenelle sur ce sujet. Le gouvernement français organisera de septembre à novembre un «Grenelle des violences conjugales» afin de faire émerger de nouvelles mesures permettant de faire reculer ce phénomène, annonce Marlène Schiappa dans Le Journal du dimanche.  L'objectifs est de trouver des solutions pour lutter contre les féminicides.  Depuis le début de l'année, 75 femmes sont mortes sous les coups de leur conjoint ou ex conjoint.   

75 féminicides en 2019

Il y a donc urgence estime Christine Stebenet.  La Déléguée à l'égalité des femmes et des hommes en Haute-Garonne espère que ce Grenelle sera suivi d'effet : "si cela reste à l'état de discussion, rien ne changera" prévient-elle. "Il faut des moyens et il faut qu'il y ait une véritable volonté pour ne pas que ça reste à l'état de souhait" ajoute Mme Stebenet qui se réjouit que tous "les acteurs seront mis autour de la table, ça peut-être une bonne chose". Quant à Aurélie Nate, de l'association l'Apiaf (Association Promotion Initiatives Autonomes des Femmes) à Toulouse "continuer à réfléchir pour améliorer les politiques on y est favorable" mais ce qu'il faut dit-elle "c'est passer à l'action." Pour cette femme de terrain "il existe des bonnes choses qui fonctionnent déjà dans d'autres département comme la Seine-Saint-Denis pour protéger les victimes." D'après elle, la première serait donc de "généraliser ce qui fonctionne déjà à tout le territoire." 

Il faut passer à l'action. (Aurélie Nate de l'Apiaf)

Dans son interview au JDD, Marlène Schiappa annonce qu'elle s'adressera jeudi "à l'ensemble des préfets de France pour les mobiliser". "Dès la semaine prochaine, je recevrai de nouveau toutes les associations financées par l'État pour avancer. Ce processus se conclura le 25 novembre, pour la Journée contre les violences envers les femmes", précise la secrétaire d'Etat.

Si cela reste à l'état de discussion, rien ne changera. (Christine Stebenet)

Environ 2 000 personnes selon les organisateurs, 1 200 d'après la police, se sont rassemblées samedi place de la République pour exiger des mesures immédiates contre les féminicides, à l'appel d'un collectif de familles et proches de victimes qui avait réclamé dans une tribune un "Grenelle des violences faites aux femmes".