Société

Le gouvernement veut engager 1,1 milliard d'euros en 2017 pour construire et rénover des prisons

Par Marina Cabiten, France Bleu mardi 20 septembre 2016 à 12:38 Mis à jour le mardi 20 septembre 2016 à 13:02

Jean-Jacques Urvoas, ministre de la Justice, veut rénover et construire des prisons et lancer ce chantier dès 2017
Jean-Jacques Urvoas, ministre de la Justice, veut rénover et construire des prisons et lancer ce chantier dès 2017 © Maxppp - MaxPPP

Le ministre de la Justice a annoncé mardi qu'il réclamerait 1,1 milliard d'euros dans le projet de loi de finances de 2017 pour engager des travaux de rénovation et construction d'établissements pénitentiaires. Une somme qui doit permettre selon Jean-Jacques Urvoas de créer 4.355 nouvelles places.

"J'ai besoin de plus d'un milliard d'autorisation d'engagement sur le budget 2017", a indiqué mardi le garde des Sceaux Jean-Jacques Urvoas lors d'une conférence de presse au centre pénitentiaire de Fresnes (Val-de-Marne), pour dévoiler le rapport Urvoas sur la situation carcérale qui sera ensuite présenté au Parlement.

De nouvelles places voulues à Paris, en PACA, Midi-Pyrénées et dans le Grand-Ouest

Ce budget doit servir à financer la construction de 4.355 places en maisons d'arrêt à Paris, en Provence-Alpes-Côte-d'Azur, en Midi-Pyrénées et dans le Grand-Ouest, pour une enveloppe de 900 millions d'euros. Il permettra également la création de 2.513 places dans des quartiers de préparation à la sortie (QPS) pour 230 millions. Ce dernier programme comprend la requalification de douze quartiers existants et la création de seize nouvelles structures.

Pour l'avenir, le ministre a plaidé pour l'instauration d'une loi de programmation à l'image de celle du ministère de la Défense et de l'Intérieur, "à l'abri des clivages politiques", portant sur les crédits immobiliers et le budget pénitentiaire afin de "stabiliser l'action sur les prisons" autour d'un socle rassemblant la représentation nationale.

Un prisonnier par cellule : cet objectif, inscrit dans la loi depuis 140 ans mais jamais appliqué, est au coeur de ce rapport, alors que la surpopulation carcérale a atteint cet été un nouveau record. Christiane Taubira, précédente ministre de la Justice, a fait voter un plan de construction de 6.500 places, dont près de la moitié a été créée entre 2012 et 2015 selon une source pénitentiaire. Le solde doit s'étaler jusqu'en 2020.

Le Premier ministre Manuel Valls avait déjà affirmé qu'il faudrait créer "10.000 places dans les dix ans qui viennent en prison pour permettre la création de cellules individuelles, des unités dédiées", évoquant un budget "de 3 milliards d'euros pour les dix ans à venir".

"Fuite en avant carcérale"

Une perspective dénoncée par l'Observatoire international des prisons (OIP), le Syndicat de la magistrature (SM, gauche) et la Ligue des droits de l'Homme (LDH), qui parlent d'"une fuite en avant carcérale". La contrôleure des prisons Adeline Hazan défend aussi l'idée d'un "seuil" au-delà duquel il ne serait plus possible d'incarcérer : "Plus on crée de places, plus on les remplit".

Avec 69.375 personnes incarcérées, le nombre de détenus a atteint un nouveau record au 1er juillet. Il s'est traduit par une hausse historique de la surpopulation pénale, la capacité des 187 établissements pénitentiaires n'étant que de 58.311 places. Plus de 1.500 détenus dorment sur des matelas posés au sol.

  - Visactu
© Visactu -

Partager sur :