Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Témoignage : le harcèlement scolaire existe aussi dans l'Yonne

mercredi 8 novembre 2017 à 19:39 Par Denys Baudin et Renaud Candelier, France Bleu Auxerre

C'est un fléau que l'Education Nationale a décidé de prendre à bras le corps. Pour la troisième année, ce 9 novembre est appelé "journée nationale contre le harcèlement scolaire".

Harcèlement à l'école
Harcèlement à l'école © Maxppp - photo d'illustration

Auxerre, France

700.000 élèves en seraient victime chaque année en France, la moitié seraient des cas de harcèlement sévère. A Joigny, le collège Marie-Noël, comme la plupart des collèges de l'Yonne, a connu quelques cas l'an dernier et l'équipe de direction a décidé cette année de parler du harcèlement dans chacune des 20 classes de l'établissement. Pour le principal, François Germain, l'essentiel est montrer aux élèves que le collège se préoccupe de ce problème : "La grande difficulté c'est que lorsque les élèves sont harcelés, ils ne souhaitent pas en parler. C'est souvent vécu comme une faiblesse, des moqueries par rapport au physique, ou aux réseaux sociaux. L'idée est d'en débattre avec les élèves, libérer la parole. Ce qu'on leur dit, c'est que si l'on ne fait rien, ça ne s’arrêtera jamais. Ce n'est pas être faible ni être une balance de dénoncer un comportement anormal vis à vis d'autres élèves , c'est plutôt une attitude citoyenne."

" si l'on ne fait rien, ça ne s’arrêtera jamais " - François Germain, principal du collège Marie-Noël de Joigny

"ce n'est pas être faible que d'en parler"

C'est parfois très difficile pour l'entourage d'aider un enfant victime de harcèlement. A 21 ans, Caroline a été confronté à ce problème qui a concerné une jeune fille de sa famille pendant des années à l'école et au collège quelque part dans l'Yonne indique seulement Caroline : "Elle a eu beaucoup d'insultes par rapport à son corps, on la faisait tourner en bourrique, c'était de la méchanceté gratuite." Et face à cette violence Caroline a écouté longtemps les souffrances de cette jeune fille : "Je l'ai très mal vécu, elle avait tellement peur des représailles qu'elle pleurait pour que je n'aille pas raconté ce qu'elle vivait"

"c'était de la méchanceté gratuite" - Caroline

Un numéro vert contre le harcèlement scolaire, le 3020

Mais du côté des établissements, Caroline ne comprend pas que personne n'ait rien fait pour aider cette élève : "Elle n'a absolument pas été aidé, je trouve cela ahurissant. Quand vous en parlez, on vous dit , mais non , ce n'est pas possible." Aujourd'hui la victime va mieux, , elle est toujours scolarisée et espère être définitivement sortie de la spirale du harcèlement.

"l'histoire d'une jeune fille qui a très mal vécu le harcèlement"

Une conférence sur le harcèlement scolaire a lieu ce jeudi soir à Joigny à 20h00 à l’hôtel de ville. La conférence sera animée par Marie Quartier, psychologue et responsable du réseau Orfeee. Elle est d'ailleurs l'invitée de France Bleu Auxerre à 7h50.