Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : LE + INFO de France Bleu Bourgogne

LE + INFO - Les trois idées reçues sur la fin de vie

-
Par , France Bleu Bourgogne
Côte-d'Or, France

Le gouvernement lance une campagne d'information pour mieux faire connaître la loi Claeys-Leonetti sur la fin de vie. Une loi que les Français connaissent très peu et qui pourtant nous concerne tous.

Le Dr Véronique Alavoine, chef du service de soins palliatifs à la Mirandière à Quetigny
Le Dr Véronique Alavoine, chef du service de soins palliatifs à la Mirandière à Quetigny © Radio France - Anne Pinczon du Sel

La loi Claeys-Leonetti sur la fin de vie est entrée en vigueur le 2 février 2016. Et pourtant d'après un sondage Ifop du mois de novembre, 62 % des Français n'en n'ont jamais entendu parler. Cette loi ouvre le droit à une sédation profonde et continue jusqu''au décès, et elle met l'accent sur les directives anticipées. Le Dr Véronique Alavoine, chef du service de soins palliatifs à la Mirandière à Quétigny, et Jean-Luc Romero, le président de l'Admd (association droit à mourir dans la dignité) sont venus nous en parler ce matin.

La famille peut décider de l'avenir d'un patient

FAUX : "C'est le médecin qui prend la décision finale", explique le Dr Véronique Alavoine. "La famille est consultée, elle peut donner un avis, mais surtout témoigner des volontés du patient. C'est pour ça qu'il faut parler de la fin de vie avec ses proches."

Les directives anticipées ne servent à rien

FAUX : il faut y penser, y réfléchir, en parler avec ses proches. Les directives anticipées ne sont pas figées dans le temps, elles peuvent être modifiées à tout moment, "parce qu'on voit bien que dans une même journée, un patient peut avoir envie de quelque chose le matin, et d'autre chose complètement différent le soir, explique le Dr Alavoine, mais au bout d'un moment, il y a un fil conducteur qui se dessine."

Les français sont pour l'euthanasie et le suicide assisté.

VRAI : "à près de 90 % dans tous les sondages" précise Jean-Luc Roméro. Il regrette que les médecins soient les seuls consultés par le gouvernement quand il s'agit de faire une nouvelle loi. Pour lui la fin de vie n'est pas une question médicale mais une question citoyenne.

Jean-Luc Roméro, président de l'Admd

Choix de la station

À venir dansDanssecondess