Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : LE + INFO de France Bleu Bourgogne

LE + INFO - Les trois idées reçues sur la propreté des rues de Dijon

mercredi 29 mars 2017 à 11:58 Par Stéphane Parry, France Bleu Bourgogne

Les incivilités prennent trop de place ! C'est le constat dressé par la municipalité de Dijon. La ville lance une campagne de sensibilisation contre les saletés du quotidien : déjections canines, mégots, papiers jetés par terre. A partir de la rentrée, les contrevenants devront payer une amende.

Nathalie Koenders, première adjointe à la ville de Dijon s'exprime sur la campagne de propreté
Nathalie Koenders, première adjointe à la ville de Dijon s'exprime sur la campagne de propreté © Radio France - Stéphane Parry

Dijon, France

"Globalement la ville de Dijon est propre, mais pour autant, les jets de mégots ou de chewing-gum prennent trop de place, ces incivilités sont désagréables et coûteuses pour les habitants", reconnait Nathalie Koenders. Au micro de France Bleu Bourgogne, la première adjointe à la ville de Dijon s'explique sur les raisons de cette campagne sur la propreté. "Dans un premier, on va sensibiliser les habitants en rappelant les bons gestes par l'intermédiaire de panneaux d'affichage, puis dans un second temps, on va passer aux sanctions pour ceux qui ont du mal à comprendre" .

Un coup de balai à 4 millions d'euros

De son côté, la ville ne reste pas sans rien faire : "On a tous les jours 62 agents municipaux qui sont chargés du nettoyage des rues. Tout cela à un coût : 4 millions d'euros par an", reconnaît Nathalie Koenders. "En même temps, nous allons installés plus de poubelles, de cendriers dans les rues pour que la ville de Dijon, classée au patrimoine mondial de l'Unesco reste une ville propre."

Nathalie Koenders répond à trois idées reçues sur la propreté des rues de Dijon :

1) Le nettoyage des rues à Dijon coûte cher

Vrai et Faux : on pourrait réduire le coût de la propreté, si il y avait moins de détritus à ramasser si les habitants faisaient preuve de plus de civisme. Pour autant, il y a des coûts inhérents à la propreté des rues. Le but de cette campagne, ce n'est pas de réduire les coûts, mais de les affecter différemment.

2) L'hyper centre-ville est mieux nettoyé que les quartiers en périphérie

Vrai et Faux : tous les quartiers sont nettoyés. Après il y a plus de personnes qui passent dans le centre-ville, donc les balayeuses passent deux fois par semaine alors que dans certains quartiers plus éloignés, elles ne passent qu'une fois.

3) Il n'y a pas assez de poubelles dans le centre-ville

Faux : on a sur la ville 1800 corbeilles. Maintenant, si il manque des poubelles dans certains quartiers, il suffit d'appeler les services de la ville. On peut en rajouter.