Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : LE + INFO de France Bleu Bourgogne

LE + INFO - Projet de loi sur l'asile et l'immigration, l'inquiétude des associations d'aide aux migrants

mardi 20 février 2018 à 19:54 Par Stéphanie Perenon, France Bleu Bourgogne

Le projet de loi sur l'asile et l'immigration est présenté ce mercredi 21 février 2018 en Conseil des Ministres. Un texte "équilibré" selon le gouvernement. Un avis qui n'est pas partagé par les associations d'aide aux migrants, qui s'inquiètent de sa logique répressive. C'est le thème du + INFO.

Les associations d'aide aux migrants comme la CIMADE dénoncent un projet de loi à la logique plus répressive qu'humaniste
Les associations d'aide aux migrants comme la CIMADE dénoncent un projet de loi à la logique plus répressive qu'humaniste © Radio France - Stéphanie Perenon

Dijon, France

"Je pense qu'on crée de la peur et qu'on va fragiliser les personnes." Anaëlle Vandermeersch, la déléguée nationale de la CIMADE en région Bourgogne-Franche-Comté, s'inquiète du projet de loi qui est présenté ce mercredi 21 février en Conseil des Ministres. "On parle d'intégration mais comment est ce que c'est possible si on vit reclus chez soi, parce qu'on a peur." 

 Anaelle Vandermeersch, la déléguée nationale de la CIMADE en région Bourgogne-Franche-Comté, ici dans les locaux dijonnais de l'association - Radio France
Anaelle Vandermeersch, la déléguée nationale de la CIMADE en région Bourgogne-Franche-Comté, ici dans les locaux dijonnais de l'association © Radio France - Stéphanie Perenon

Des mesures inutiles et inefficaces pour les associations

L'allongement de la durée maximale en centre de rétention fait partie des mesures contestées par les associations d'aide aux migrants. Dominique Petit est bénévole à SOS Refoulement à Dijon, elle estime que cette mesure est "humainement inacceptable". C'est surtout une mesure inutile explique Anaëlle Vandermeersch de la CIMADE.

Anaelle Vandermeersch, la déléguée nationale de la CIMADE en région Bourgogne-Franche-Comté

Pour Paul Garrigues, également membre de association SOS Refoulement, l'autre grande inquiétude, c'est la réduction des délais de recours pour les demandeurs d'asile, contre une décision de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (l'Ofra). "Réduire à quinze jours le délai de contester un refus de l'Ofpra, c'est comme si on disait aux gens qu'ils ont moins de temps pour contester un refus vital, que pour contester un refus de permis de construire, on marche sur la tête !"

Reportage

L'association SOS refoulement à Dijon, accompagne les réfugiés et les demandeurs d'asile  - Radio France
L'association SOS refoulement à Dijon, accompagne les réfugiés et les demandeurs d'asile © Radio France - Stéphanie Perenon

Des appels à la grève à l'Ofpra et au CNDA

Mais les associations d'aide aux migrants ne sont pas les seules aujourd'hui à dénoncer ce texte. Un appel à la grève a été lancé auprès des agents de la Cour nationale du droit d'asile, et deux syndicats de l’Ofpra ont à leur tour demandé à leurs agents de protester contre ce texte.

Anaelle Vandermeersch déléguée nationale de la CIMADE en Bourgogne-Franche-Comté répond aux trois idées reçues sur les migrants.

  - Visactu
© Visactu