Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

La justice s'engage pour lutter contre les agressions d'arbitres en Bourgogne Franche-Comté

Ces douze derniers mois, huit plaintes ont été enregistrées pour des agressions sur des arbitres de football en Bourgogne Franche-Comté. La justice et les acteurs du foot amateur viennent de signer une convention pour accélérer les procédures judiciaires.

8 plaintes ont été déposées pour des agressions contre des arbitres dans la région ces 12 derniers mois.
8 plaintes ont été déposées pour des agressions contre des arbitres dans la région ces 12 derniers mois. © Maxppp - .

Bourgogne-Franche-Comté, France

La justice s'engage contre les violences faites aux arbitres de football en Bourgogne Franche-Comté.  La cour d'appel de Besançon vient de signer une convention avec l'UNAF, l'Union Nationale des Arbitres de Football, qui regroupe 700 arbitres dans la région, et la ligue régionale de football. 

On va te retrouver. On te fera la peau.

Au total ces douze derniers mois, huit agressions d'arbitres ont été recensées en Bourgogne Franche-Comté dont une dans le Doubs, près de Besançon et deux en Haute-Saône, près de Vesoul : "Au niveau national, l'UNAF a recensé environ 70 dossiers d'agressions sérieuses avec ITT la saison passée, déplore Laurent Bollet, le président de l'UNAF de Bourgogne Franche-Comté. C'est beaucoup trop. C'est même scandaleux que nous ayons encore ce chiffre aujourd'hui. Sans compter les agressions verbales comme des menaces de morts réitérées du type "on va te retrouver, on te fera la peau". C'est très grave également".

Mais les plaintes n'aboutissent pas toujours. "On a effectivement observé dans certains cas des classements sans suite même quand ce n'étaient pas des plaintes contre X, poursuit Laurent Bollet. Les services juridiques de l'UNAF national ont dû faire des démarches pour relancer les dossiers et saisir les procureurs généraux."

Des plaintes remontées à la justice sous 24 heures

La procureure générale de la cour d'appel de Besançon a donc décidé de se saisir de la question et de signer cette convention qui devrait permettre d'accélérer les procédures judiciaires. Tous les procureurs de la République qui dépendent de la cour d'appel de Besançon sont aussi signataires. "Ils ont tous été sensibilisés et les services de police et de gendarmerie vont l'être aussi. Ils devront en cas de dépôt de plainte, les faire remonter au parquet compétent sous 24 heures, ce qui va permettre une mise en enquête plus rapide, explique Bruno Amouret, le substitut du procureur général à la cour d'appel de Besançon. Le but de cette convention c'est que les arbitres se sentent soutenus et que tout le monde reconnaisse leur rôle important et la nécessité qu'il y a de les protéger et de les défendre."

Depuis 2006, la loi reconnaît l'arbitrage comme une mission de service public, synonyme de peines plus lourdes pour les auteurs d'agressions.

Parallèlement à la signature de cette convention, l'UNAF a créé il y a quelques semaines une section spécifique pour le Doubs et le Territoire de Belfort, pour mieux accompagner les arbitres du secteur dans leur mission. Ils sont 250 mobilisés chaque week-end pour les matchs amateurs dans les deux départements.