Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le kilo de porc à 1,40€ : trop cher pour deux grands acheteurs du porc en France

mardi 11 août 2015 à 7:27 Par Pauline Kerscaven, France Bleu Armorique et France Bleu Breizh Izel

Les industriels du porc ont fait annuler la cotation du porc au marché au cadran de Plérin, dans les Côtes d'Armor, lundi. La Cooperl et Bigard Socopa refusent d'acheter le porc à 1,40 euros le kg. C'est pourtant le prix fixé par les négociations avec le gouvernement. Mais selon eux, c'est incompatible avec la concurrence européenne.

Les prix du porc sont trop souvent bradés, selon le ministère de l'Agriculture
Les prix du porc sont trop souvent bradés, selon le ministère de l'Agriculture © MaxPPP

Alors que la crise agricole secoue les producteurs bretons, les industriels lancent un pavé dans la mare. La Cooperl , numéro un français du porc et Bigard-Socopa , leader de la viande en france, n'ont pas participé, lundi, au marché au cadran de Plérin (22). 

Pour ces industriels, 1,40 euro le kilo, c'est trop. C'est pourtant le prix fixé en juin par le gouvernement pour soutenir la filière. 

Ils ont donc envoyé un communiqué ou ils expliquent qu'on oublie le devenir des abbatoirs , qu'eux ne peuvent pas "faire face à des viandes européennes moins chères" . Le kilo de porc allemand est par exemple 25 centimes moins cher que le français. 

"Nous n'avons pas vocation à financer un cours politique" Communiqué de la Cooperl

"Les capitaux de la Cooperl n'ont pas vocation à financer un cours politique pour tenir la tête hors de l'eau à une partie de la production française" , estime la coopérative. Elle annonce donc soutenir principalement ses producteurs adhérents tout en suspendant ses achats extrenes au cadran.

 

"C'est une prise d'otage des éleveurs" Paul Auffray, président de la Fédération nationale porcine

Paul Auffray, le président de la Fédération nationale porcine dénonce un chantage et demande une nouvelle fois l'aide de l'état pour débloquer la situation.

 

"Les deux industriels ont décidé de boycotter les producteurs, c'est une prise d'otage des éleveurs. Il y a du chantage, explique Paul Auffret. C'est toujours aux éleveurs de servir de tampon."

  Pour lui, 1,40 euro, ça n'est même pas suffisant. "On souhaite conserver le prix actuel, qui ne couvre que nos frais de fonctionnement."

Crise porc SON 2 (Aufray)

A Plérin, 20% des ventes de porc en France

Le marché au cadran de plérin c'est 20%  des ventes de porc en france et les deux industriels en achètent près de 30%.

D'autres refus d'achat pourraient donc entrainer une paralysie de la filière. Et réveiller la colère des agriculteurs