Médias – People

Robert Ménard règle ses comptes avec Midi-Libre par voie d'affichage

Par Elisabeth Badinier, France Bleu Hérault et France Bleu samedi 13 août 2016 à 17:22

La campagne a été lancée vendredi en pleine féria de Béziers
La campagne a été lancée vendredi en pleine féria de Béziers © Radio France - Gérard Marty

Le maire de Béziers Robert Ménard a déployé une campagne d'affichage dans toute la ville héraultaise en pleine période de feria. Une campagne qui vise directement le quotidien régional Midi-Libre.

Le maire de Béziers lance en pleine feria une campagne d’affichage municipal anti Midi-Libre. Une virulente attaque publique sur une centaine de panneaux en ville.

"A qui appartient le Midi-Libre ?" questionne l’affiche, en gros caractères pour y répondre juste en dessous : "À Jean-Michel Baylet, le ministre." Jean-Michel Baylet est le propriétaire du groupe de presse La Dépêche du Midi qui a racheté son concurrent Midi-libre.

En illustration, un chien qui tient le journal dans sa gueule. Référence à la vieille publicité de Pathé Marconi, fabricant de phonographes, ornée elle aussi d’un toutou bien sage, proclamant "La voix de son maître". Le slogan s'est transformé en "L’info est tenue en laisse".

Les journalistes de Midi Libre, "tocards de la sous-presse" selon Robert Ménard

Robert Ménard était déjà en froid glacial avec Midi-LibreIl n’a jamais apprécié le quotidien régional depuis le temps lointain où il était jeune journaliste à Montpellier. Récemment, il accusait encore les journalistes de parti-pris pour un sujet sur le baptême d’une rue du nom d’un officier de l’Algérie française. Il leur reproche aussi de n’avoir pas parlé de son discours après l’attentat de Nice.

Le maire de Béziers, proche du FN, est même allé jusqu'à traiter les journalistes de "tocards de la sous presse" au cours d’une réunion privée de tentative de normalisation. Réunion ratée c’est le moins qu’on puisse dire. Désormais, c’est une guerre ouverte.

Étonnant de la part de l’ex-secrétaire général de Reporters sans Frontières, qui fut à une époque un ardent défenseur de la liberté de la presse dans le monde entier. À moins que le monde entier excepte Béziers.

Nous n'avons pas pu obtenir de réaction officielle au Midi-Libre  mais selon nos informations, une plainte en diffamation est à l’étude.