Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le maire de la Bazoge-Montpinçon pousse un coup de gueule contre Enedis

-
Par , France Bleu Mayenne
La Bazoge-Montpinçon, France

Le maire de la Bazoge-Montpinçon a une dent contre Enedis. Il a fallu attendre trois mois pour faire raccorder les vestiaires de football au réseau électrique. Une attente beaucoup trop longue pour le maire de la commune qui doit payer une facture de 1500 euros. Il attend un geste commercial.

Le maire et ses adjoints devant le nouveau stade de football
Le maire et ses adjoints devant le nouveau stade de football © Radio France - Romane Porcon

Le maire de la Bazoge-Montpinçon a une dent contre Enedis. Il a fallu attendre trois mois pour faire raccorder les nouveaux vestiaires de football au réseau électrique. Un délai beaucoup trop long pour Gregory Heurtebize, le maire de la commune, qui remet en cause la réactivité du réseau de distribution d'électricité. Il a du se battre pendant trois mois pour que le courant soit établi finalement fin aout au lieu de début juin. Aujourd'hui il refuse de payer la facture de 1500 euros. 

Le maire refuse de payer la facture et attend un geste commercial 

Pendant trois mois, le maire Gregory Heurtebize et ses adjoints ont usé de l’énergie pour que la situation se débloque malgré de nombreux couacs : "Ils ne venaient pas avec la bonne feuille de mission, _quand il y avait un rendez-vous précis ils ne sont jamais venus_. Quand on a remué fin août pour dire ça ne va plus les entrainements ont repris, une agent m'appelle pour fixer un rendez-vous lundi. Le vendredi on apprend que le courant a été rétabli et le lundi on nous appelle en me disant vous n’êtes pas là. Bah c'est normal on a le courant depuis vendredi."

Une situation qui nuit à l'image de la commune et du club pour le maire de la commune. Du côté d'Enedis, on parle d'incompréhension à la base. Patrice Coquereau, est le délégué départemental Enedis : "Il y a eu une demande de résiliation de contrat pour des vestiaires sauf que la mairie voulait abattre les vestiaires il fallait donc déposer le branchement. Il y a eu une incompréhension à ce niveau là. _Il y a eu une autre incompréhension avec un fournisseur ça a pris du temps et derrière les vacances_. Les entreprises ne sont pas disponible du coup le raccordement n'a pu se faire que fin aout." Le maire refuse désormais de payer la facture de 1500 euros et attend un geste commercial de la part d'Enedis. Enedis est allé à la rencontre du maire ce mercredi après-midi. Ils vont faire remonter la demande du maire auprès de la direction.  

Le maire demande moins de sous-traitance 

Ce que regrette le maire de la Bazoge-Montpinçon c'est une sous-traitance à outrance : "On se rend compte qu'on a eu trois interlocuteurs différents, une dame de la Haute Garonne, une dame qui a appelé de la Manche et une dame qui a appelé de la Sarthe pour gérer le dossier de la Bazoge-Montpinçon. On a soit-disant de la proximité et de la réactivité mais non avec la diminution des fournisseurs locaux parfois il y a des sous-traitants qui ne trouvent pas le village. J'ai fais un coup de gueule l'année dernière pour Orange c'est la même chose. Il y a des sous-traitants de sous-traitants de sous-traitants. Lorsqu'on appelle un contact d'Ennedis c'est pour avoir quelqu'un sur le secteur de Mayenne qui connaisse le secteur." Enedis de son côté affirme qu'il existe des interlocuteurs locaux pour répondre aux communes, Patrice Coquereau, le délégué départemental Enedis : "Ils ont un interlocuteur privilégié parce qu'on sait que les collectivités ont pas mal de comptages électriques et on a mis une personne dédiée pour eux pour l'appeler au moindre problème. _On fait 1000 affaires par an, on a pas 1000 affaires qui posent problèmes comme celle-ci_. Heureusement pour nous." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess