Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le maire de Port-Vendres souhaite donner le nom d'Arnaud Beltrame à un passage de la commune

vendredi 30 mars 2018 à 12:29 Par Clémentine Vergnaud, France Bleu Roussillon et France Bleu

Un passage de la commune de Port-Vendres (Pyrénées-Orientales) pourrait bientôt porter le nom d'Arnaud Beltrame, le gendarme tué lors de l'attentat de Trèbes. Le maire de la commune va en effet proposer lors du Conseil municipal du 12 avril de donner son nom à la voie d'accès de la gendarmerie.

La voie d'accès à la nouvelle gendarmerie de Port-Vendres pourrait bientôt porter le nom d'Arnaud Beltrame.
La voie d'accès à la nouvelle gendarmerie de Port-Vendres pourrait bientôt porter le nom d'Arnaud Beltrame. - Capture d'écran Google Maps

Port-Vendres, France

La voie d'accès à la gendarmerie de Port-Vendres pourrait bientôt porter le nom d'Arnaud Beltrame, le gendarme tué lors de l'attentat de Trèbes, le 23 mars dernier. En effet, le maire de la commune, Jean-Pierre Roméro, va faire cette proposition lors du prochain Conseil municipal le 12 avril. "On ne pouvait pas trouver de meilleur nom pour cette rampe", estime le maire Les Républicains. 

Les gendarmes sont favorables à l'idée

La voie d'accès à la nouvelle gendarmerie, construite en 2016, ne porte pour l'instant pas de nom. Les élus devaient donc lui en trouver un. À la suite de l'attentat de Trèbes, Jean-Pierre Roméro a eu le déclic. "Ça tombait à point", affirme-t-il. Cette proposition, il la formule "par respect par rapport à l'acte héroïque, qui a été fondé sur le sens du devoir, du dévouement et de la patrie". Jean-Pierre Roméro évoque également "un symbole très fort, celui d'un gendarme qui n'a pas hésité à donner de sa vie pour essayer d'en sauver une autre".

Si le Conseil municipal n'a pas encore eu l'occasion d'en débattre, les gendarmes, eux, sont favorables à cette idée d'après le maire. "Ils m'ont remercié de ce que je proposais", affirme-t-il.