Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le maire de Rezé s'offusque d'une pub jugée sexiste sur les abris de bus

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

Le maire de Rezé s'élève contre une publicité pour des jeans sur les abribus de sa ville. Il juge l'affiche sexiste et il dénonce le fait qu'elle mette au même niveau la devise de la République française et une paire de fesses. Nantes métropole a demandé le retrait d'une des affiches.

Le maire de Rezé critique la publicité sur sa page Facebook
Le maire de Rezé critique la publicité sur sa page Facebook - Capture d'écran Facebook

C'est une campagne de pub nationale qui fait beaucoup réagir. Une pub pour des jeans jugée sexiste, notamment par le maire de Rezé, Gérard Allard. On y voit une femme, de dos, le fesses bien en évidence avec ce message : "Liberté, égalité, beau fessier". Il existe aussi une version masculine et une version mixte sur laquelle on voit tout de même beaucoup plus les fesses de madame que celles de monsieur. Et ce n'est pas la seule chose qui gène le maire de Rezé. Il n'accepte pas non plus qu'une partie de la devis de la République française, "Liberté, Égalité, Fraternité", soit associée à "beau fessier".

Il n'est pas le seul a être monté au créneau. En Seine-Saint-Denis, le maire des Lilas a demandé à ce que la publicité soit retirée des panneaux d'affichage de sa ville. Sur les réseaux sociaux, les critiques sont vives contre la marque française, Le temps cerises, qui se justifie en expliquant qu'il y a aussi des hommes sur ses publicité, avec le même slogan et que, justement, son objectif est de dire que tout le monde peut porter ses jeans. Et la publicité a été validée par un organisme de contrôle indépendant au niveau national.

Le temps des cerises, que nous avons sollicité, ne nous a pas répondu directement. Mais la marque s'explique sur les réseaux sociaux
Le temps des cerises, que nous avons sollicité, ne nous a pas répondu directement. Mais la marque s'explique sur les réseaux sociaux - Capture d'écran Facebook

Qui décide des publicités sur les panneaux de l'agglomération nantaise ?

Mais ça pose aussi la question des affiches qui se retrouvent sur le mobilier urbain de l'agglomération nantaise. Là-dessus, Nantes métropole n'a pas complètement la main. C'est JCDecaux qui gère les 830 panneaux de sept communes de l'agglo : Nantes, Rezé, Saint-Herblain, Saint-Sébastien-sur-Loire, La-Chapelle-sur-Erdre et Orvault.

Un règlement local de publicité qui porte seulement sur les panneaux

À chaque fois, l'un des côtés est réservé aux villes et à la métropole pour communiquer. L'autre, c'est pour de la pub commerciale et là, c'est JCDecaux qui choisit (des choix validés par son comité d'éthique, ndlr), sachant qu'une partie des recettes publicitaires est reversée à l'agglomération. Il y a bien un règlement local de publicité dans chaque ville mais seulement sur la forme : la taille des panneaux de pub, les matériaux utilisés, où est-ce qu'ils peuvent être installés, est-ce qu'ils peuvent être lumineux... Il n'y a rien de précis sur le fond. Quels sont les massages qui peuvent être relayés et qu'on peut donc voir dans nos rues et notamment près des écoles ? Là-dessus, pas de contrainte. Et il faudrait que ça change pour le maire de Rezé. Il voudrait que le concessionnaire s'engage "à respecter certaines valeurs : la lutte contre le sexisme et contre les discriminations, notamment".

Le retrait des affiches demandé par Nantes métropole

En revanche, Nantes métropole peut demander à JCDecaux de retirer une publicité - c'est dans le marché qui a été signé - et c'est ce qui a été fait. D'ici ce jeudi soir, toutes les affiches auront disparu puisque "la campagne d'affichage (d'un cycle de sept jours) arrive à son terme", précise JCDecaux.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu