Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le maire de Saint-Étienne à la Grande mosquée pour montrer sa solidarité à la communauté musulmane

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Après l'attaque de la mosquée de Bayonne et le retour en politique du débat sur le voile, le maire de Saint-Étienne, Gaël Perdriau, a voulu témoigner sa solidarité à la communauté musulmane vendredi. Il a pris la parole à la Grande mosquée Mohammed VI, avant la prière de l'après-midi.

Gaël Perdriau a pris la parole avant la prière du vendredi à la Grande mosquée de Saint-Étienne.
Gaël Perdriau a pris la parole avant la prière du vendredi à la Grande mosquée de Saint-Étienne. © Radio France - Tifany Antkowiak

Saint-Étienne, France

Avant le prêche de l'imam ce vendredi après-midi à la Grande mosquée Mohammed VI de Saint-Étienne, qui porte justement sur la question du vivre ensemble et de la lutte contre les extrémismes, le maire de la ville se présente devant les quelques 3.000 fidèles réunis dans la salle de prière (et jusque sur le parvis) pour leur apporter son soutien. 

Pendant son allocution de cinq minutes, Gaël Perdriau explique qu'il souhaite "témoigner de sa solidarité à la communauté musulmane de Saint-Étienne à l'heure où se banalise le mal porté par tous ceux qui veulent détruire notre République"

À Saint-Étienne, je ne connais qu'une communauté : la communauté stéphanoise

"Comme je l'ai fait pour d'autres actes de terrorisme, je condamne avec la plus grande fermeté ce qui s'est passé à Bayonne", ajoute le maire de Saint-Étienne, même si la piste terroriste n'a pas été retenue à ce stade par la justice. Et il estime que "ceux qui gardent le silence se rendent complices de tels agissements", et que "l'indignation ne saurait suffire lorsque notre cohésion nationale est ouvertement prise pour cible par des fanatiques cherchant à nous diviser en faisant régner la terreur".

Le maire stéphanois assure par ailleurs les fidèles de la mosquée de sa "détermination absolue pour combattre sans relâche tous les communautarismes et autres revendications identitaires qui viendraient saper les valeurs humanistes qui garantissent la pérennité de la République". "À Saint-Étienne, je ne connais qu'une communauté : la communauté stéphanoise", conclut Gaël Perdriau. 

Des fidèles touchés mais fatigués par les débats

Dans la salle de prière, les fidèles applaudissent, même si cela ne se fait pas d'ordinaire dans une mosquée. Et à la sortie de la mosquée, ils sont un certain nombre à commenter cette prise de parole du maire stéphanois. "Ça fait vraiment plaisir", "on se sent représenté, soutenu", lâchent plusieurs fidèles. "C'est l'un des seuls à prendre position sans ambiguïté, ça calme beaucoup les esprits", commente Ahmed, qui se dit "fier d'être stéphanois" après cette allocution.

Asna semble moins touchée par le message du maire, elle ne la considère pas en tout cas comme un événement. "Avec tout ce qu'il s'est passé je pensais bien qu'il allait intervenir à un moment", commente la jeune femme, qui porte le voile qui fait tant débat, à nouveau : "c'est malheureux mais c'est toujours pareil... on essaie de vivre tranquillement, de pas répondre, faut pas réagir de toute façon". Elle poursuit, lasse : "toutes les années ça recommence cette histoire de voile, c'est interminable; maintenant on fait abstraction parce que sinon on ne va pas avancer". 

Prises de position répétées cette semaine pour le maire

Le voile, le maire de Saint-Étienne a eu l'occasion d'en parler à plusieurs reprises cette semaine dans la presse, expliquant en début de semaine dans le Talk-Le Figaro qu'il n'aurait "pas voté une proposition de loi interdisant le voile", alors qu'une députée de son parti a fait une proposition de loi en ce sens, adoptée mardi au Sénat. Gaël Perdriau, nouvellement désigné vice-président des Républicains, a aussi exprimé son point de vue en signant une tribune pour Atlantico, dans laquelle il dénonce "un naufrage éthique du débat politique en France". Rappelant au passage que "la laïcité constitue le socle même de notre République". 

Ce rappel du principe de laïcité, puis la prise de parole dans une mosquée quelques jours plus tard interpelle le député Génération.s de la Loire Régis Juanico, qui écrit voit dans les différentes interventions de Gaël Perdriau une attitude électoraliste : 

La candidate RN à la mairie de Saint-Étienne, Sophie Robert a elle estimé dans un communiqué cette semaine qu'avec ses dernières prises de position, le maire stéphanois sortant "soigne plus que jamais sa boutique électorale communautaire"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu