Société

Le maire de Saint-Molf impuissant face aux gens du voyage

Par Marion Fersing, France Bleu Loire Océan mercredi 24 août 2016 à 19:23

Gens du voyage, illustration
Gens du voyage, illustration © Maxppp -

Pour la troisième fois cet été, plusieurs dizaines de caravanes de gens du voyage se sont installés sur le terrain du bois Pierrot, à Saint-Molf, alors qu'ils n'en ont pas le droit. Le maire est exaspéré. Il n'a aucun moyen efficace pour les faire partir.

Cette fois, la troisième de l'été, les gens du voyage sont arrivés juste après la fête du village. Jean-Claude, du comité des fêtes, était en train de finir de ranger, au bois Pierrot : "on a vu arriver cinquante-soixante caravanes d'un seul coup. On a eu l'impression qu'ils arrivaient comme des envahisseurs. Ils se sont installés, ils n'ont pas tenu compte de nous !" Ils n'ont pas tenu compte, non plus, de l'arrêté municipal qui leur interdit de s'installer sur la commune, trop petite pour avoir une aire d'accueil.

C'est à la commune de payer pour l'eau et l'électricité alors qu'on fait de gros efforts pour faire des économies

Assis devant sa caravane,  un homme explique que s'ils sont venus à Saint-Molf, c'est qu'il n'y avait plus de place sur l'aire de La Baule, que l'accès au terrain n'était pas barré, alors ils se sont installés. Jean-Claude, lui, s'agace : "ils se sont branchés à l'électricité en utilisant des clefs plates en guise de fusibles ! Ils se sont aussi branchés à l'eau. Quand on va au camping, on paie. Pas eux". Le maire, Hubert Delorme, précise que le premier groupe à être venu en juillet a fait un don de 500 euros à la commune. "Mais ce n'est pas ça qui va couvrir les frais d'eau et d'électricité, sans parler de la remise en état du terrain de foot où ils s'étaient installés ! C'est donc la commune qui va devoir payer alors qu'on fait tout ce qu'on peut pour faire des économies".

Les arrêtés d'expulsion de la préfecture ne sont pas suivis d'effet

Ce qui l'exaspère, c'est qu'il n'a aucun moyen efficace pour faire partir les gens du voyage du terrain qu'ils occupent illégalement. "La préfecture publie des arrêtés d'expulsion, mais ils ne sont pas suivis d'effets. Il faudrait que les gens du voyage aient des amendes à payer. Et attaquer au tribunal, ça coûte cher et le temps qu'un jugement soit rendu... les caravanes sont parties". Il a écrit jusqu'à François Hollande pour lui exposer le problème, mais sans avoir de réponse satisfaisante.

450 motards vont devoir cohabiter avec les gens du voyage

Et ce qui l'inquiète, c'est que ce jeudi, 450 à 500 motards arrivent à Saint-Molf, sur le terrain du bois Pierrot qu'ils ont réservé il y a déjà longtemps. Ils vont donc devoir cohabiter avec les gens du voyage qui ont promis de leur laisser de la place. "J'espère que ça va bien se passer, mais il y a quand même un risque entre des gens qui ont réservé et d'autres qui se sont installés sans en avoir le droit".

Les gens du voyage ont prévu de rester à Saint-Molf jusqu'à dimanche.