Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement : le maire de Toulouse aurait préféré que les cafés et restaurants rouvrent dès le 11 mai

-
Par , France Bleu Occitanie

Le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc approuve la doctrine d’application locale du déconfinement annoncé par Edouard Philippe, dans les écoles, les transports en commun. Il regrette que les cafés et les restaurants ne puissent pas rouvrir plus vite.

Le maire de Toulouse - Jean-Luc Moudenc
Le maire de Toulouse - Jean-Luc Moudenc © Maxppp - NATHALIE SAINT-AFFRE

Le maire de Toulouse , Jean-Luc Moudenc , qui est aussi président des maires de grandes villes de France a répondu à nos questions , après le discours d’Edouard Philippe . Le premier ministre a détaillé devant l’Assemblée Nationale le plan de déconfinement pour une reprise de l’activité à partir du 11 mai. Le maire de Toulouse  apprécie que les décisions soient appliquées localement dans les écoles ou dans les transports en commun, mais il attend des mesures pour soutenir l’économie.  

France Bleu : Y voyez-vous un peu plus clair après les annonces d’Edouard Philippe sur l’application pratique du déconfinement ? 

Oui, je crois que les choses sont claires. Il y a la doctrine nationale, une doctrine sanitaire qui nous est indispensable pour organiser le déconfinement, et surtout pour le réussir. Et puis il y a la confirmation que c’est localement, avec le préfet de département, département par département, en lien avec les collectivités et localement les maires que se feront les mises en place concrètes de ces principes.  

La réouverture des écoles, comment allez-vous l’appliquer ? 

Nous avons commencé à y travailler dès la semaine dernière, avec le préfet et le recteur, avec une priorité, la sécurité sanitaire. Aujourd’hui, nous avons des précisions. L’Education Nationale verra ses agents équipés de masques. Nous même, nous avions prévu d’équiper nos propres agents de masques. Les enfants, on sait qu’ils n’ont pas besoin de masques dans les écoles primaires et maternelles, mis à part des enfants qui présenteront des symptômes de manière ponctuelle. Nous allons évidemment appliquer les règles de distanciation. Nous avons une réunion demain avec le rectorat, on va regarder précisément école par école, classe par classe, niveau par niveau, comment on organise la rentrée. Le but c’est que tout soit prêt la semaine prochaine pour qu’on l’annonce aux parents, et que chaque parent sache ce à quoi s’en tenir, et décide d’envoyer ou pas son enfant à l’école.  

A LIRE AUSSI : Plan de déconfinement : ce qu'il faut retenir des annonces d'Edouard Philippe

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

La rentrée se fera dans combien d’écoles, le 11 mai ? 

En l’état actuel des estimations, je crois que nous pourrons ouvrir un tiers des écoles, et accueillir de 10 à 15% des élèves, dans un premier temps, c’est-à-dire le 12 mai, puisque le 11 , c’est la rentrée des enseignants. Ce que l’on doit travailler maintenant, c’est la suite, la semaine du 18 mai puis du 25 mai, comment jusqu’au 4 juillet date des vacances scolaires, on organise la montée en puissance de la scolarisation. Il faut d’abord porter attention aux enfants qui sont en difficulté scolaire, il faut regarder aussi la situation des parents. Des familles monoparentales, des parents qui doivent continuer à travailler dans des secteurs prioritaires, les enfants des soignants, des enseignants, de nos propres agents qui seront dans les classes. Nous allons regarder tout ça . On sait que cette réouverture des écoles sera partielle, progressive, et aussi imparfaite, il faut avoir l’honnêteté de le dire.  

Nous ouvrirons au début un tiers des écoles, avec 15% d'élèves

Le métro, les bus, les trams, comment y faire respecter les distances sanitaires ? 

A partir de tant de personnes, on ne pourra plus rentrer dans un wagon. Quand  il y a deux places assises côte à côte, l’une devra être neutralisée. Le masque sera obligatoire, et sur cette question je suis content, c’est quelque chose que j’avais demandé. Il y aura des dizaines de litres de gel hydro alcoolique disposés dans les stations de métro à la disposition des usagers. Là aussi, la reprise sera progressive. Au départ, il y aura environ 20% de l’offre de transport, et ensuite, on montera progressivement.  

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Allez-vous rouvrir des bibliothèques et des musées ? 

La doctrine a en effet été précisée par le premier ministre. Maintenant, on sait à quoi s’en tenir. A partir du 11 mai, on peut rouvrir des médiathèques, des bibliothèques, et ce qu’Edouard Philippe a appelé les "petits musées". A condition évidemment de veiller à ce qu’il n’y ait pas de promiscuité, qu’il y ait un nombre de personnes limité dans une salle. Parcontre, les grands musées, les cinémas, les théâtres, les salles de concert vont rester fermées, du moins dans un premier temps. Nous pourrons sans doute rouvrir assez rapidement des bibliothèques de quartiers, très appréciées et où en général, il n’y a pas de regroupements dangereux. Je crois que c’est quelque chose de réalisable.  

Deux tiers des cafés et restaurants sont en danger de mort

La réouverture des commerces, les cafés et les restaurants ne sont pas concernés, vous le regrettez ?  Je l’aurais souhaité, parce que c’ est un secteur qui souffre particulièrement. La récession économique en France est estimée à 36%, pour les cafés et les restaurants, elle est de 90%. Vous avez la moitié ou les deux tiers de ces commerces qui sont en danger de mort. Ce sont des commerces indépendants, des commerces individuels, familiaux, des gens qui n’ont pas beaucoup de fortune, qui ont mis toutes leurs économies dans leur passion. Moi, j’aurai souhaité qu’avec les représentants de ces professions, le gouvernement mette en place des modes de fonctionnement dégradés, sécurisés, plutôt que de dire « on reste fermé ».

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Vous avez lancé un appel au gouvernement pour sauver la filière aéronautique, l'économie n'est elle pas la grande absente de ce plan ?

Le premier ministre en a parlé très brièvement , son propos aujourd'hui était comment sortir du confinement. Le gouvernement travaille a un grand plan de relance. Ce que je souhaite, c'est que le moment venu, les réflexions locales, régionales, nos priorités à nous puissent être prises en compte, et que le plan national ne soit pas simplement la vision d'Etat , mais soit une vision partagée entre la stratégie de l'économie française définie par le gouvernement , et une stratégie des économies régionales définie à l'échelon local par les régions , les métropoles et les grandes agglomérations.

A LIRE AUSSI : Crise d’Airbus : les élus toulousains réclament un "Plan Marshall" de l’aéronautique

Choix de la station

À venir dansDanssecondess