Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le Mans : 200 riverains de la LGV excédés devant la préfecture

samedi 25 novembre 2017 à 14:46 Par Pierre-Antoine Lefort, France Bleu Armorique, France Bleu Maine et France Bleu Mayenne

Ils en ont assez des nuisances de la LGV. 200 habitants de la Sarthe, de la Mayenne et d'Ille-et-Vilaine ont manifesté ce samedi matin devant la préfecture du Mans. Avant de se diriger dans le calme vers la gare.

Avant de se rendre à la gare du Mans, les manifestants ont fait le piquet de grève devant la préfecture de la Sarthe, où une délégation a été reçue par le sous préfet.
Avant de se rendre à la gare du Mans, les manifestants ont fait le piquet de grève devant la préfecture de la Sarthe, où une délégation a été reçue par le sous préfet. © Radio France - Pierre-Antoine Lefort

Le Mans, France

Les manifestations contre la Ligne Grande Vitesse (LGV) Bretagne - Pays de la Loire sont un grand serpent de mer : régulièrement, les riverains se mobilisent pour dénoncer les nuisances dont ils s'estiment victimes. Mais ce samedi, devant la préfecture du Mans, ils étaient plus de 200, affublés de gilets jaune et de casques anti-bruit, à vouloir se faire entendre.

Ils sont à bout. Et qu'ils soient de Sarthe, de Mayenne ou d'Ille-et-Vilaine, ils confient tous la même histoire. Nuisances sonore, vibrations, risques pour leur santé physique et mentale sont dans toutes les bouches. Didier Martin est le président du collectif des riverains d'Ille-et-Vilaine. "Nous avons fédéré les associations des trois départements car il fallait faire masse, explique-t-il. Nous avons exactement les mêmes problématiques, et les mêmes revendications. Les gens sont perturbés dans leur cadre de vie, avec des difficultés pour dormir, ils ne s'entendent plus parler, avec des niveaux sonores qui s'élèvent à 90 décibels. On se sent spolié !"

Ils veulent des solutions

Les riverains dénoncent aussi la perte de la valeur de leur bâti : selon eux, : les habitations les plus proches de la ligne ont perdu jusque 50% de leur valeur. Ils espèrent qu'Eiffage, la société qui entretient la ligne, et la SNCF apportent des solutions. Murs anti-bruit, tapis contre les vibrations sur les rails... Et surtout réduction de la vitesse le temps que les mesures soient prises. Car avec la LGV, ce sont des trains qui roulent à plus de 300 km/h, et très régulièrement : les associations estiment qu'un train passe toute les 11 minutes. "On espère être enfin entendus, qu'il nous mettent enfin des protections dignes de ce nom, et efficaces !" s'exclame Michel Jégou, de La Cropte (Mayenne).

Les manifestants ont ensuite rejoint la gare du Mans. - Radio France
Les manifestants ont ensuite rejoint la gare du Mans. © Radio France - Pierre-Antoine Lefort

Symbole du ras-le-bol, les manifestants ont quitté en fin de matinée la place Aristide Briand, pour se rendre dans la gare du Mans. A grand renfort de sirènes et d'applaudissements, ils ont demandé à parler avec un responsable de la SNCF. Une entrevue accordée en début d'après-midi. Si cette manifestation s'est déroulée dans le calme, ce ne sera pas le cas la prochaine fois assurent-t-ils.

Une délégation a finalement été reçue par un responsable de la SNCF - Radio France
Une délégation a finalement été reçue par un responsable de la SNCF © Radio France - Pierre-Antoine Lefort

Il faut prendre conscience que l'on en a marre. Il y aura un moment où l'on ne pourra pas contrôler les réactions individuelles.

"Pour le moment, nous avons choisi de commencer par la discussion", détaille Patrick de Montjoie, membre du CRI72, et éleveur à la Bazoge (Sarthe). "On veut discuter avec les responsables, on respecte la loi. Mais il faut prendre conscience que l'on en a marre. Il y aura un moment où l'on ne pourra pas contrôler les réactions individuelles." Dans la manifestation, des voix s'élèvent pour appeler à bloquer des trains dans les gares. Cela n'aura finalement pas lieu. Mais Elisabeth Mongin, originaire de Cesson-Sévigné (Ille-et-Vilaine), l'assure : "s'il faut le faire, on le fera !".