Société

Le Mans : deux prêtres catholiques en soutien à la mosquée des Sablons pour la prière du vendredi

Par Anne-Charlotte Costabadie et Julie Le Duff, France Bleu Maine vendredi 16 janvier 2015 à 16:47

Des prêtres catholiques accueillent les musulmans à leur arrivée à la mosquée des Sablons, au Mans
Des prêtres catholiques accueillent les musulmans à leur arrivée à la mosquée des Sablons, au Mans © Radio France (Anne-Charlotte Costabadie)

Ce vendredi, deux prêtres sont venus accueillir les musulmans en signe de solidarité, dans ce lieu de culte attaqué à la grenade à plâtre mercredi dernier, quelques heures après l’attentat contre Charlie Hebdo. Une initiative saluée par les représentants des fidèles du Mans.

L’image a fait le tour des réseaux sociaux : deux prêtres catholiques avec aube et étole postés devant l’entrée de la mosquée des Sablons , pour accueillir les musulmans du Mans en ce jour de grande prière. Poignées de main, embrassades : le contact est chaleureux et la présence des prêtres est appréciée. « Finalement, c’est normal : on est comme des frères. C’est ça la fraternité, le vivre ensemble qu’on connait au Mans  », explique Majid.

 

Le père Benoit Moulay, l’un des curés des quartiers sud, n’a pas attendu les attentats pour tisser des liens avec les musulmans des Sablons. Mais avec les autres prêtres du secteur, il a décidé de marquer le coup : « On se connait déjà bien, on se croise régulièrement, notamment sur le marché du jeudi. Mais on a senti qu’il fallait aller à leur rencontre, dire simplement ‘on est avec vous’. C’est important d’avoir des gestes symboliques, même s’ils sont simples  ».

Reportage: deux prêtres catholiques devant la mosquée des Sablons

Sécurité renforcée pour les lieux de culte en Sarthe

La mosquée des Sablons avait été attaquée dans la nuit du mercredi 7 au jeudi 8 janvier, quelques heures après l’attentat contre Charlie Hebdo. Une attaque dont un Sarthois de 69 ans a reconnu être l’auteur  ; il doit d’ailleurs être jugé le 18 février prochain   .

"Une réunion s’est tenue jeudi matin en Préfecture avec l’ensemble des représentants des cultes ", précise François Chaumard, le Directeur départemental de la sécurité publique. "La synagogue du boulevard Paixhans est par exemple gardée par les forces de l’ordre 24h/24 ". Une dizaine d’autres lieux de culte du département font aussi l’objet de mesures de sécurité renforcée . Un dispositif qui mobilise 17 militaires, 37 gendarmes et une vingtaine de policiers.

Partager sur :