Société

Le Mans envisage de vendre son village vacances de Tréboul-Douarnenez

France Bleu Maine lundi 16 mars 2015 à 17:46

Village-vacances Tréboul-Douarnenez
Village-vacances Tréboul-Douarnenez © Anne-Cécile Quéré - Ville du Mans

Des milliers de Manceaux sont déjà partis en vacances au domaine de Ker-Huel, propriété de la ville du Mans depuis les années 1930. Mais économie oblige, la ville du Mans évoque l'idée de s'en séparer. Dans une lettre ouverte, Le Mans Renouveau Citoyen (Front de gauche) estime que la Ville détruit l’héritage des années Robert Jarry et fait de mauvais choix budgétaires.

« À seulement 400 m de la plage et du sentier côtier, le domaine de Ker-Huel est un lieu de séjour idéal pour des vacances reposantes » : voilà comment la ville du Mans vante les mérites de son centre de vacances de 5 hectares sur son site internet. Le site se divise en deux parties : l’une réservée à l’accueil des groupes, l’autre constituée de 19 gîtes ouverts à la location, avec des tarifs préférentiels pour les Manceaux.

"Aucune publicité, aucune propsection extérieure pour valoriser ces équipements" - Le Mans Renouveau Citoyen réclame davantage de pub et de visibilité pour relancer le village-vacances

Avec une fréquentation en perte de vitesse depuis plusieurs années, le village vacances pèse de plus en plus lourd sur les finances de la Ville qui évoque l'idée de le vendre. Ce que dénonce Le Mans Renouveau Citoyen, qui portait les couleurs du Front de gauche aux dernières municipales : « En 2014 aucune publicité dans Le Mans Notre Ville [le magazine d’information municipale, NDLR] pour valoriser ces équipements, aucune véritable prospection extérieure, le séjour retraités manceaux pour 2015 annulé, le déséquilibre budgétaire a forcément gonflé. […] Il est encore temps de se ressaisir : nous proposons la mise en place d'une mission à vocation commerciale pour redonner un élan à la gestion de Tréboul et aussi au centre de l'Epine [à Noirmoutier, NDLR], les pieds dans l'eau et si bien adapté pour les jeunes et les stages sportifs nautiques ».

La communiste Jeanine Hautebourg, qui fut adjointe du temps de Robert Jarry, s’insurge contre ce projet.

Une idée parmi d'autres

Selon la ville du Mans, cette idée n'est qu'une piste parmi d'autres pour tenter de faire des économies dans le contexte de baisse des dotations de l'État. Aucune décision n'est arrêtée à ce jour.

Le domaine de Kerhuel emploie 4 salariés permanents.