Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le Mans : la pastorale des migrants ouvre un lieu d'accueil pour les femmes migrantes et leurs enfants

mercredi 10 octobre 2018 à 3:36 Par Bénédicte Robin, France Bleu Maine

Le service diocésain de la pastorale des migrants du Mans ouvre, à partir de ce mercredi soir, un lieu d'accueil de nuit qui pourra accueillir 15 femmes migrantes et leurs enfants, jusqu'au 1er décembre.

Annie Bigot, la responsable de la pastorale des migrants au Mans
Annie Bigot, la responsable de la pastorale des migrants au Mans © Radio France - Christelle Caillot

Le Mans, France

A partir de ce mercredi soir, 15 femmes et enfants pourront être hébergés par le service de la pastorale des migrants du diocèse du Mans qui va ouvrir un lieu d'accueil de nuit en centre-ville, sans plus de précision sur sa localisation.

"Nous avons constaté que des femmes et des enfants dormaient dans la rue, au Mans, faute de place d’hébergement suffisantes" explique Annie Bigot, la responsable du service de la pastorale des migrants du diocèse du Mans . "Nous ne pouvions pas rester sans rien faire" poursuit-elle.

Un lieu pour passer la nuit au chaud et en sécurité

Elle a donc décidé, en accord avec l'évêché et en lien avec les services de la préfecture et le Samu social, d'ouvrir un lieu pour accueillir ces femmes. "Nous ne pouvons accueillir que des femmes et des enfants car c'est un lieu qui va être géré par des bénévoles et il aurait été trop compliqué de mettre en place un accueil plus large" poursuit la responsable de la pastorale des migrants.

Il s'agit surtout d'un lieu de "mise à l'abri" plus que d'un "hébergement" insiste-t-elle "pour permettre à ces femmes et à leurs enfants de passer la nuit au chaud et en sécurité. Il y aura 15 lits de camps. Nous proposerons une soupe chaude le soir et une boisson chaude le matin. C'est ce que nous sommes en capacité d'offrir" explique Annie Bigot qui ne compte pas "faire à la place de la Préfecture mais en lien avec elle" car c'est d'abord la responsabilité des services de l'Etat, rappelle-t-elle.

Une vingtaine de bénévoles déjà volontaires mais il en faut plus

Depuis que l'appel a été lancé auprès des paroissiens la semaine dernière, une vingtaine de volontaires se sont fait connaître pour assurer l'accueil des personnes qui viendront dans ce lieu. La pastorale des migrants aimerait que d'autres les rejoignent pour permettre aux bénévoles de se relayer sachant qu'une personne (obligatoirement une femme) doit dormir sur place pour assurer une permanence de nuit

Ce lieu n'a pas vocation à rester ouvert indéfiniment. "Nous faisons le tampon jusqu'à la trêve hivernale" explique Annie Bigot. La trêve hivernale doit commencer le 1er novembre et signifie l'ouverture de places d'hébergement supplémentaires. En attendant que cela soit effectif, le lieu restera donc ouvert jusqu'au 1er décembre 9h du matin.

Il est très difficile d'estimer le nombre de personnes qui vivent aujourd'hui à la rue, au Mans. D'après les associations et la municipalité il sont plusieurs dizaines dont des familles avec des enfants.

Contact : 02 43 54 50 25
pastorale-des-migrants@wanadoo.fr