Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le Mans : les gérants des "jardins du bordelas" veulent partir à la retraite

-
Par , France Bleu Maine

Avant de partir, le couple âgé de 62 ans veut transmettre son exploitation. Il y a 5.500m2 dont deux serres. Des cultures de fraises, de tomates, de courges, entièrement bio avec de nombreux légumes anciens et une vente directe sur la ferme.

Alain Deveau devant l'une de ses serres
Alain Deveau devant l'une de ses serres © Radio France - Christelle Caillot

Le Mans, France

"Les maraîchers des Jardins du Bordelas seront bientôt à la Retraite. Ils songent donc à transmettre leur exploitation maraîchère en biodynamie à des personnes motivées qui sauront faire perdurer l’activité ainsi que l’éthique du bien-être et du bien-manger."

C'est dans ces termes, que le couple a annoncé son départ sur sa page facebook. 

Après avoir tenu un magasin de fruits et légumes dans le centre-ville du Mans, ils se sont lancés dans le maraîchage avec de la vente directe. Ils tiennent "les jardins du Bordelas" depuis 2010. L'exploitation fait 5.500m2 avec deux serres.

Du bio et des légumes anciens

"On est très attaché au bio et aux légumes anciens" souligne Alain Deveau, le gérant des jardin du Bordelas. "Chez nous, vous ne trouverez pas de tomates hors sol de plus de quatre mètres de haut. Je n'aime pas faire comme tout le monde. Il n'y a pas de tomate grappe ou bien ronde. J'aime bien les tomates biscornues et surtout qui ont du goût. Je fais 17 variétés de tomates anciennes et j'ai 800 pieds. On travaille notamment la cornue des Andes, la cœur de bœuf, et la tomate ananas. Elles sont toutes cultivées en pleine terre. Et pour les fraises, c'est 3.000 pieds. Nous faisons aussi des courges, des haricots, et des pommes de terre. Le tout est en vente directe. Nous avons environ une trentaine de clients par jour et nous proposons aussi des paniers bio une fois par semaine."

Le local de vente directe des Jardins du Bordelas - Radio France
Le local de vente directe des Jardins du Bordelas © Radio France - Christelle Caillot

"On ne serait pas resté dix ans avec ma femme, si ce n'était pas rentable"

"Je vends les terres, et la clientèle" souligne Alain Deveau, le gérant des jardins du Bordelas. "Il y a aussi tous les engins et outils : tracteurs, et tout le matériel d'irrigation. Il y a aussi le local de stockage et de vente des légumes. Les personnes intéressées peuvent s'installer quasiment du jour au lendemain juste en reprenant l'exploitation. Il y a aussi la possibilité de reprendre la maison d'habitation." 

Alain Deveau ne veut pas parler de prix, il préfère directement rencontrer les acheteurs potentiels. Il l'affirme : "l'exploitation est rentable, on ne serait pas resté dix ans avec ma femme, si ce n'était pas rentable. Aujourd'hui, je ne suis pas en souffrance, comme certains agriculteurs, j'ai juste envie de passer la main et de transmettre aussi ce type de production entièrement bio et bonne pour la santé."