Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le Mans : près d'un millier de personnes dans la rue contre la loi "sécurité globale"

-
Par , France Bleu Maine

Près de 1.000 personnes se sont rassemblées ce mardi 1er décembre au Mans, pour demander l'abrogation de l'article 24 de la loi "sécurité globale". Une nouvelle mobilisation est prévue ce samedi 5 décembre.

Un cortège de près d'un millier de personnes a déambulé jusque devant la mairie du Mans pour dénoncer le projet de loi "Sécurité globale" et les violences policières.
Un cortège de près d'un millier de personnes a déambulé jusque devant la mairie du Mans pour dénoncer le projet de loi "Sécurité globale" et les violences policières. © Radio France - Jean Rinaud

Ce mardi 1er décembre, près de 1.000 personnes se sont rassemblées devant la préfecture du Mans contre la loi "sécurité globale" et plus généralement pour dénoncer les violences policières. 

Un cortège s'est formé déambulant pendant une heure jusque devant la mairie. Des militants d'associations, de partis politiques et de syndicats étaient réunis en masse. Pas de débordements constatés, seuls quelques pétards et fumigènes ont été lancés sur la voie publique. 

On va vers une société totalitaire 

Les deux précédents rassemblements avaient réuni 300 et 350 personnes. Ce mardi soir c'est donc près de 1.000 personnes qui se sont donné rendez-vous devant la préfecture de la Sarthe. Malgré l'annonce ce lundi 30 novembre par la majorité d'une réécriture totale de l'article 24, la colère semble toujours de mise. 

Sans compter l'agression du producteur de musique parisien Michel Zecler : "On va vers une société totalitaire, ça devient n'importe quoi. Donner l'ensemble du pouvoir aux forces de l'ordre, c'est très très dangereux, on le voit bien aux Etats-Unis. On est en démocratie donc il faut garder les libertés qui font de notre pays un pays libre", insiste Annie, retraitée de 68 ans. 

Des étudiantes mancelles dénoncent les violences policières.
Des étudiantes mancelles dénoncent les violences policières. © Radio France - Jean Rinaud

Les organisateurs appellent ensemble à un nouveau rassemblement ce samedi 5 décembre à 14 heures, et dorénavant chaque semaine jusqu'à l'abrogation totale de l'article 24. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess