Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le Mans : un père de famille en grève de la faim devant le TGI pour voir ses enfants à Noël

vendredi 21 décembre 2018 à 17:58 Par Christelle Caillot, France Bleu Maine

Stéphane, père de famille de 39 ans, est en grève de la faim devant le tribunal de grande instance du Mans depuis ce jeudi. En plein divorce depuis trois ans, il veut voir ses enfants à Noël.

Stéphane est en grève de la faim devant le TGI du Mans pour voir ses enfants à Noël.
Stéphane est en grève de la faim devant le TGI du Mans pour voir ses enfants à Noël. © Radio France - Christelle Caillot

Le Mans, France

Un père de famille du Mans en grève de de la faim pour voir ses enfants à Noël. Stéphane est installé devant la porte d'entrée du tribunal de grande instance depuis jeudi, avec un sac de couchage pour passer les nuits. Il a aussi plusieurs panneaux devant lui, avec les photos de ses trois enfants âgés de six, neuf, et douze ans.  

Prêt à aller jusqu'au bout

Aujourd'hui, il voit seulement ses enfants une heure tous les quinze jours car il a été déchu de ses droits parentaux selon lui pour violences verbales. La juge aux affaires familiales qui devait statuer sur une nouvelle demande de garde début décembre est en arrêt maladie. Du coup, la procédure a été reportée en janvier. 

Cet ouvrier de l'industrie automobile de 39 ans demande à être reçu pour avoir le droit de voir ses enfants pour les fêtes. Il souligne aussi que sa situation familiale a basculé très rapidement mais n'a pas souhaité nous donner le nom de son avocat ni celui de son épouse. "Je suis prêt à aller jusqu'au bout" souligne ce père de famille.

"J'ai de l'eau, un sac de couchage, et si je ne vois pas mes enfants pour Noël, je serai là les 24 et 25 décembre."