Société

Attentat de Berlin : le marché de Noël de la place du Capitole à Toulouse déjà bien surveillé

Par Clémence Fulleda, France Bleu Toulouse mardi 20 décembre 2016 à 19:48

Le marché de Noël, place du Capitole, est protégé par des blocs de béton.
Le marché de Noël, place du Capitole, est protégé par des blocs de béton. - Office de tourisme de Toulouse

Après l'attentat de Berlin, le ministre de l'Intérieur, Bruno Le Roux, a annoncé des mesures renforcées aux abords des marchés de Noël. Mais à Toulouse, on avait déjà tiré les leçons de l'attentat de Nice, le 14 juillet dernier et des risques des voitures béliers. Explications.

L'attentat de Berlin qui a fait au moins 12 morts et une cinquantaine de blessés lundi 19 décembre rappelle à la France le douloureux attentat de Nice, le 14 juillet dernier. Là aussi, un camion fou avait foncé sur les passants. Cette fois, en Allemagne, c'était lors d'un marché de Noël.

Si bien que Bruno Le Roux, le ministre de l'Intérieur français, a, dans un communiqué, appelé l'ensemble des forces de l'ordre "à maintenir une vigilance maximale et à conserver sa détermination face à la barbarie" et assure que "la sécurisation des marchés de Noël a été immédiatement renforcée".

900 policiers et 900 gendarmes mobilisés en Haute-Garonne

Pascal Mailhos, préfet de la région Occitanie et préfet de la Haute-Garonne, a ainsi rappelé aux maires et aux organisateurs la nécessité de sécuriser les rassemblements, de mobiliser les personnels et de sensibiliser le public aux bons comportements à adopter.

Il assure que, concernant le marché de Noël de Toulouse, les patrouilles vont "se poursuivre et être intensifiées" . Au total, pendant la période des fêtes de fin d’année, ce sont 900 policiers et 900 gendarmes, ainsi que 120 militaires de l’opération Sentinelle mobilisés sur le terrain en Haute-Garonne.

Plus de 70 blocs de béton autour de la place du Capitole

De fait, le Capitole est déjà bien surveillé. Huit agents de sécurité et une dizaine de policiers municipaux patrouillent régulièrement autour de la place.

Celle-ci et le square Charles de Gaulle sont entourés de plus de 70 blocs de béton pour éviter les voitures béliers.

Le centre-ville sous vidéo-surveillance

La zone entre le Capitole et le square Charles de Gaulle est également placée sous vidéo-surveillance avec des agents qui regardent les images 24 heures sur 24.

Quant au marché artisanal et solidaire, sur les Allées Jules Guesde, environ dix blocs bétons ont été disposés pour éviter les voitures béliers et ce secteur est aussi placé sous vidéo-protection.

Un dispositif très étoffé

Autant d'éléments qui montrent que les leçons de Nice ont été tirées selon Olivier Arsac, adjoint au maire de Toulouse en charge de la prévention et de la sécurité :

Nous avons déjà un dispositif étoffé, après il faut rester humble, en matière de terrorisme le risque zéro n'existe pas.