Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le masque en extérieur, "un principe de précaution inutile" selon l'épidémiologiste parisien Martin Blachier

-
Par , France Bleu Paris

Alors que la ville de Paris doit détailler, ce jeudi, la liste des endroits très fréquentés de la capitale où le port du masque va devenir obligatoire en extérieur, l'épidémiologiste Martin Blachier, lui, est plutôt opposé à la mesure.

Le masque va devenir obligatoire dans certaines rues de la capitale.
Le masque va devenir obligatoire dans certaines rues de la capitale. © Maxppp - Vincent Mouchel

Après avoir annoncé mardi que le port du masque allait devenir obligatoire en extérieur dans certains lieux fréquentés, la mairie de Paris doit préciser ce jeudi la liste des endroits concernés. La ville va ainsi rejoindre la liste des communes où la mesure est déjà en vigueur, tel que Bayonne, Lille, Nice, Laval ou Saint-Malo. 

Pour le médecin de santé publique et épidémiologiste parisien, Martin Blachier, cette règle n'a pas de sens."Je ne suis pas du tout pour cette mesure, je pense au contraire que l'extérieur est une opportunité, qu'il faut pousser les gens dehors, au contraire, a-t-il expliqué ce jeudi sur France Bleu Paris. Et pour les pousser dehors, vous avez intérêt à ce qu'ils aient le plus envie d'y aller et donc pas de leur faire porter des masques." 

Ceux qui n'ont pas envie d'en porter vont du coup aller dans les lieux où ils peuvent se cacher, dans les lieux privés, et vous faîtes augmenter le risque

Selon lui, le port du masque en extérieur, même s'il ne sera pas imposé partout dans la ville, pourrait avoir des effets pervers. "Si vous faîtes comprendre aux gens que c'est la même chose d'être dehors et ou en intérieur en leur faisant porter des masques dans les deux circonstances, ils vont se détourner des parcs par exemple, et ceux qui n'ont pas envie d'en porter vont du coup aller dans les lieux où ils peuvent se cacher, dans les lieux privés, et vous faîtes augmenter le risque, estime-t-il. C'est extrêmement moins risqué d'être dehors qu'en intérieur. Il faut arrêter de faire du principe de précaution inutile et qui va finalement être contre-productif. Les gens, au bout d'un moment, vont avoir besoin d'une respiration et c'est important de prévoir cette respiration." 

Martin Blachier concède, par ailleurs, qu'il y a une petite reprise de l'épidémie de coronavirus en France, "partiellement contrôlée", et en particulier en région parisienne, qui fait partie des trois régions où le seuil de vigilance est dépassé. "Nous sommes dans des endroits où il y a le plus d'interactions sociales entre les individus. C'est là où il faut regarder de plus près car le virus a la capacité de prendre cette dynamique exponentielle. Les foyers épidémiques se forment essentiellement dans les lieux clos, donc dans tous les endroits où vous allez avoir des situations où les gens se retrouvent dans des endroits clos, ça peut être le travail, les réunions familiales pendant les vacances."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess