Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Le mépris n'est plus permis ! " : mobilisation de sage-femmes à Valence

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Elles se sentent méprisées : une quarantaine de sages-femmes ont manifesté cet après-midi à Valence devant la préfecture. Elles demandent une vraie reconnaissance de leur statut de professionnelles de santé.

Elles étaient une quarantaine devant la Préfecture de la Drôme ce mardi 26 janvier
Elles étaient une quarantaine devant la Préfecture de la Drôme ce mardi 26 janvier © Radio France - Maya Baldoureaux-Fredon

"On attend une reconnaissance de notre statut de professionnelles de santé. On l'est, dans les textes, mais on n'est pas reconnues commes telles", explique Elisa Etienne, sage femme hospitalière à la maternité de Valence et présidente au Conseil départemental de l'ordre des sages-femmes de la Drôme. "On veut aussi plus d'effectifs dans les maternités partout en France et des salaires en adéquation avec nos compétences médicales" continue-t-elle, expliquant que les sage-femmes en début de carrière touchent actuellement 1600 euros par mois. 

"Halte au mépris" : le mot d'ordre de la manifestation
"Halte au mépris" : le mot d'ordre de la manifestation © Radio France - Maya Baldoureaux-Fredon

Les sage-femmes avaient déjà manifesté en décembre et projettent de recommencer en février et en mars. Elles veulent continuer à se faire entendre, avec, en ligne de mire : le Ségur de la santé, au printemps. "Il y aura de nouvelles négociations, sur le statut et les grilles salariales, on veut s'assurer que ce sera à la hauteur de ce qu'on demande", souligne Elisa Etienne. 

"Au dernier Ségur de la santé, on était complètement invisibles, on n'a même pas été nommées, alors que notre profession est très importante pour les femmes", souligne Betty, une sage-femme présente au rassemblement. "On est en première ligne pour s'occuper de la santé des femmes, de la naissance à la ménopause en passant pas l'adolescence", rappelle Elisa Etienne. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess