Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le métier de boucher ne connaît pas la crise en Touraine

-
Par , France Bleu Touraine

Alors que le concours départemental du meilleur apprenti boucher de France se tenait à Joué-lès-Tours ce lundi, focus sur un secteur qui ne connaît pas la crise. Le métier, en pleine évolution, attire les jeunes. Une centaine sont formés cette année en Indre-et-Loire.

Les apprentis du concours départemental du meilleur apprenti boucher de France, à Tours
Les apprentis du concours départemental du meilleur apprenti boucher de France, à Tours © Radio France - Romain Dézèque

Ils sont sept, concentrés sur la découpe de leur morceau de viande et sous les yeux des superviseurs du concours de meilleur apprenti boucher de France. Parmi eux, Guéric, 22 ans, qui a abandonné ses études en sciences : "Je me suis dit que la pharmacie n'était pas mon truc, c'est beaucoup d'années d'études... je voulais quelque chose de manuel. Et j'aime bien la viande !" Un choix pertinent, d'autant qu'il est certain de trouver du travail, "on m'a toujours dit que je n'aurai pas besoin de chercher du travail, qu'à la limite on viendrait me chercher" ajoute Guéric. 

Un apprentissage qualifié, court et valorisé. Voilà qui attire de plus en plus de jeunes. En 2012-2013, la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Touraine dénombrait 64 apprentis (CAP et BP), ce chiffre a atteint 112 l'an dernier, 95 cette année. "En première année de CAP, on a dépassé la quarantaine d'apprentis cette année. C'est en progression car auparavant on était autour de 20, 30 jeunes" commente Stéphanie Hein, la formatrice, "c'est un peu plus médiatisé, il y a des journées portes ouvertes, les parents sont aussi plus ouverts à l'apprentissage". 

Il y a aussi l'évolution du métier liée à l'évolution du comportement alimentaire des consommateurs. "Ce n'est pas parce qu'on est boucher qu'on est des gros viandards et qu'on mange de la viande tous les jours. On leur dit - comme à nos clients - de manger moins, de manière plus qualitative, de faire marcher les éleveurs du coin" conclut Stéphanie Hein. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess