Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Le ministre de l'Intérieur confirme la construction d'un centre de rétention administrative à Olivet

-
Par , , France Bleu Orléans

Christophe Castaner, ministre de l'Intérieur, l'a annoncé ce mercredi, depuis Matignon : "nous allons ouvrir trois nouveaux centres de rétention, à Bordeaux, Lyon et Olivet". Ces lieux fermés accueillent des étrangers dans l'attente de leur renvoi du territoire français.

Christophe Castaner, le 14 octobre 2019
Christophe Castaner, le 14 octobre 2019 © Maxppp -

Olivet, France

Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a annoncé, ce mercredi depuis Matignon, l'ouverture de trois nouveaux centres de rétention administrative en France, à Bordeaux, Lyon et Olivet, dans le Loiret. Il a indiqué qu'en 2020, le nombre de places dans ces centres aura été augmenté de 35% par rapport au début du mandat mais n'a pas donné de date précise d'ouverture.

La préfecture du Loiret indique que l'ouverture est prévue pour 2023, et que le coût total de construction de ce centre de rétention administrative est de treize millions d'euros. 

Une bonne nouvelle, pour le syndicat de police Alliance

"C'est une bonne nouvelle", estime le représentant du syndicat de policiers Alliance dans le Loiret Fabien Arvaron. Avec ce centre à Olivet, les policiers du Loiret n’auront plus à effectuer, comme c’est le cas aujourd’hui, de longs transferts vers le centre de Oissel (près de Rouen), voire parfois jusqu’à Hendaye, au Pays basque : "si ces missions de reconduite à la frontière ne sont plus à faire, nous pourrons nous reconcentrer sur les missions principales de la police : si vous mettez pas trois policiers à reconduire un prévenu en centre de rétention, ça permet de les avoir sur d'autres missions prioritaires".

Des associations, syndicats et partis de gauche, dénoncent de leur côté les conditions dans lesquelles les étrangers sont retenus dans ces centres. Cela peut durer jusqu’à 90 jours désormais, depuis une loi de septembre 2018. La France a par ailleurs été condamnée plusieurs fois par la Cour Européenne de Justice pour la rétention d’enfants dans ces centres, explique Patrick Communal, ancien avocat orléanais. 

Des associations opposées à l'ouverture de ce centre à Olivet

Alain Jouniaux, militant à la Cimade à Orléans, indique qu'il se battra pour qu'il n'y ait pas un tel centre à Olivet : "dans certains centres de rétention, comme celui du Mesnil-Amelot, près de l'aéroport de Roissy, il y a des situations d'hygiène, de promiscuité, d'angoisse qui posent problème. Et même les personnels qui travaillent dans ce centre ont dû faire jouer leur droit de retrait l'été dernier".

Selon un rapport de la Cimade, les 24 centres de rétention en Métropole et Outre-mer ont fonctionné à plein régime l’an dernier. Du jamais vu depuis plus d’une décennie, et plus de 45 000 étrangers auraient ainsi été enfermés en 2018.

Le maire (divers droite) d'Olivet, Matthieu Schlesinger a réagi ce mercredi à cette officialisation. Il avait été informé par le préfet du Loiret au printemps dernier et prends acte de cette décision qui émane de l'Etat. Il demande toutefois le respect d'un certain nombre d'engagements.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu