Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Pics d'or : La fondation Abbé-Pierre dénonce le mobilier urbain anti-sdf

jeudi 14 février 2019 à 14:29 Par Romain Sost, France Bleu Paris

Le mobilier urbain anti-sdf vient d'être célébré ce mercredi soir par la fondation Abbé-Pierre. L'association caritative a décerné 6 prix, des "Pics d'or" satiriques qui dénoncent ce mobilier visant à éloigner les sans-abris. Ce genre de mobilier, on en trouve à Paris.

Mobilier urbain anti-sdf 20 boulevard de la Bastille à Paris
Mobilier urbain anti-sdf 20 boulevard de la Bastille à Paris © Radio France - Romain Sost

Paris, France

Paris couronné

Paris a reçu plusieurs prix pour cette toute première édition des pics d'or aux intitulés tous teintés d'humour noir. Dans la catégorie Faites ce que je dis, pas ce que je fais "dispositif le plus contradictoire" revient à un centre de santé dans le 10ème arrondissement sur lequel est écrit "Ouvert à tous" (que vous pouvez voir ci-dessous) et surtout, le pic d'or du dispositif le plus agressif a été remporté par une installation dans le 2ème arrondissement de Paris sur laquelle de gros clous sont vissés pour que personne ne puisse s'allonger.

Du mobilier urbain anti-sdf sous terre

Depuis plusieurs années, les bancs des stations de métro ou des gares disparaissent au profit de sièges individuels, une manière d'empêcher les sans-abris de s'allonger. Les usagers trouvent que c'est une bonne idée : "c'est beaucoup mieux parce que les sièges sont plus propres, ils peuvent se coucher par-terre les clochards s'ils le veulent"  explique un homme de 70 ans. Une autre utilisatrice y trouve un autre bon côté : "quand je prends le métro à deux heures du matin, s'ils ont bu je ne suis pas très  sereine" donc c'est mieux s'ils ne sont pas là.

Néanmoins, la RATP ne délaisse pas les sans-abris : une équipe de 66 agents bénévoles écume le réseau en permanence pour leur offrir de l'aide.

Du mobilier urbain anti-sdf dans la ville

Ce mobilier est présent partout dans la ville, sans distinction de quartier. 

Un des nouveaux bancs des abri-bus - Radio France
Un des nouveaux bancs des abri-bus © Radio France - Romain Sost
Deux bancs devant la gare d'Austerlitz - Radio France
Deux bancs devant la gare d'Austerlitz © Radio France - Romain Sost
Mobilier anti-sdf devant un centre de santé dans le 10ème arrondissement de Paris - Radio France
Mobilier anti-sdf devant un centre de santé dans le 10ème arrondissement de Paris © Radio France - Romain Sost
Muret devant une résidence dans le 16ème arrondissement de Paris - Radio France
Muret devant une résidence dans le 16ème arrondissement de Paris © Radio France - Romain Sost

Ce mobilier dégoûte Azzedine, sans-abris depuis 2011. "c'est inadmissible, parce que ce que les gens ne comprennent pas, c'est qu'on peut se retrouver à la rue du jour au lendemain. Alors là ça me fait de la peine parce que t'es dans la merde, et on t'en rajoute".

Pour Manuel Domergue, directeur des études pour la fondation Abbé-Pierre ce phénomène inquiète. _"On a l'impression que c'est quasiment devenu la norme, on en voit de plus en plus_. Les décideurs, les commerçants et les riverains n'ont pas envie que des gens sans pouvoir d'achat stationnent".