Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Crise du monde culturel : les intermittents poursuivent l'occupation du théâtre de Périgueux

- Mis à jour le -
Par , , , France Bleu Périgord

Une centaine d'artistes, d'intermittents du spectacle et de spectateurs se sont rassemblés devant le théâtre de l'Odyssée à Périgueux, ce vendredi 12 mars. Ils occupent la salle de spectacle depuis ce vendredi et le mouvement va continuer encore cette nuit selon les informations de France Bleu.

Des professionnels du spectacle occupent le théâtre de l'Odyssée à Périgueux.
Des professionnels du spectacle occupent le théâtre de l'Odyssée à Périgueux. © Radio France - Justine Claux

Depuis l'occupation du théâtre de l'Odéon à Paris, le 4 mars, le mouvement s'amplifie et gagne d'autres salles de spectacle, jusqu'au théâtre de l'Odyssée à Périgueux. Débutée ce vendredi, l'occupation de l'établissement périgourdin va continuer ce samedi et cette nuit. Ces artistes, intermittents du spectacle et spectateurs réclament la réouverture des lieux culturels, fermés depuis fin octobre pour cause de pandémie de Covid-19.

Avant le début du mouvement, près de 150 personnes se sont rassemblées vendredi sur le parvis de l'établissement.

Les manifestants exigent la réouverture des lieux culturels.
Les manifestants exigent la réouverture des lieux culturels. © Radio France - Justine Claux

"La CIP* de Dordogne soutient l'occupation du théâtre de l'Odéon et appelle à amplifier la mobilisation", explique Juliette Lasserre-Mistaudy, membre de ce collectif (*Coordination des intermittent.es et précaires).

Les professionnels du spectacle dénoncent le manque de perspectives et veulent "un calendrier clair pour la réouverture" des théâtres, des salles de concert, des musées et des cinémas. Parmi les autres revendications : la "prolongation pour tous" des allocations des intermittents au delà du mois d'août, la prolongation de leurs droits aux congés maladie et maternité, ainsi que l'abandon définitif de la réforme de l'assurance chômage.

Ambiance bon enfant et concert de musique 

La manifestation s'est déroulée dans une ambiance bon enfant. Le groupe de musique aux textes engagés HK et Les Saltimbanks a également donné un concert. "Ça fait tellement de bien d'être là, d'écouter de la musique, on se sent revivre", se réjouit Hourma, une spectatrice venue les soutenir.

Le groupe de musique HK et Les Saltimbanks a donné un concert lors du rassemblement.
Le groupe de musique HK et Les Saltimbanks a donné un concert lors du rassemblement. © Radio France - Justine Claux

"On a rouvert le théâtre de l'Odyssée, s'enthousiasme Steven, technicien et membre de la coordination des intermittents et précaires de Dordogne. À partir de ce moment là, on reprend nos outils de travail et on veut absolument l'ouvrir à toutes et à tous parce qu'on a besoin de se parler, de recommuniquer, de construire ensemble. On voit que le gouvernement casse tout, donc c'est à nous de nous prendre en main"

Sur les pancartes des manifestants, on pouvait lire : "On veut une bouffée d'art", "Culture sacrifiée !", "Libérons la culture" ou encore "Spectacle mort-vivant". 

Des pancartes de revendications ont été installées devant l'entrée du théâtre de l'Odyssée.
Des pancartes de revendications ont été installées devant l'entrée du théâtre de l'Odyssée. © Radio France - Justine Claux

"Je suis en colère depuis un an ! - s'énerve Gisèle, une amatrice de théâtre - J'espère qu'on sera entendus et que ce mouvement va continuer. Ce n'est pas normal qu'on empêche les gens de vivre à ce point."

Artistes en colère

"Ça va faire un an que je n'ai pas joué devant un public, déplore David, un batteur. Mais au-delà de ça, de ne pas être au contact du public, de ne pas voir les gens remuer leur corps, de ne pas partager un bon moment, c'est vraiment triste"

"On en a marre, on veut exprimer notre culture librement", insiste Uwe, un contrebassiste. "Voir le sourire des gens et leur transmettre du bonheur, ça nous manque à tous, poursuit-il. On a l'impression d'être enfermés, d'être en prison. Il n'y a plus de culture, plus de sourire, plus de bien-être, plus rien."

Uwe, un contrebassiste, venu manifester.
Uwe, un contrebassiste, venu manifester. © Radio France - Justine Claux

Le théâtre de l'Odyssée occupé

Ces rassemblements vont se poursuivre quotidiennement à 14 heures sur le parvis du théâtre, qui sera occupé toutes les nuits : "On sera là jusqu'à ce qu'il y ait des avancées significatives et que le gouvernement fasse un geste en notre faveur", annonce Juliette Lasserre-Mistaudy, membre de la CIP de Dordogne.

Des matelas et des couvertures ont d'ailleurs été installés à l'intérieur du théâtre, et les manifestants ont prévu de se relayer. Cette occupation, qui suit le mouvement du théâtre de l'Odéon, va continuer ce samedi et cette nuit. 

Des matelas ont été installés à l'intérieur du théâtre de l'Odyssée pour l'occuper jour et nuit.
Des matelas ont été installés à l'intérieur du théâtre de l'Odyssée pour l'occuper jour et nuit. © Radio France - Justine Claux
Choix de la station

À venir dansDanssecondess